"Déloyauté", "démarche bonapartiste"... Hollande, Valls et Cambadélis taclent Macron

Politique

Toute L'info sur

La démission de Macron

RANCUNE - Lors d’un discours à l’Elysée ce mercredi, le président de la République a dénoncé en creux l’attitude individualiste de son ex-ministre de l’Économie. Dans un style plus direct, le Premier ministre l’a comparé à un déserteur.

Déçu par l’attitude d’Emmanuel Macron qui a choisi de quitter le gouvernement mardi pour se consacrer pleinement à son mouvement politique En Marche, François Hollande n’a pas manqué ce mercredi d’ironiser sur les ambitions de son ex-protégé. Le chef de l'Etat, qui remettait sous les ors de l'Elysée les prix de "La France s'engage" à 15 projets d'actions solidaires, a fait une allusion transparente, déclenchant quelques rires.


Parmi les projets sélectionnés, "je n'ai pas vu un projet individuel qui serait fait par un individu pour lui-même", a indiqué le président de la République. Si certains "peuvent avoir cette conception" de projets menés seuls, "on ne peut rien faire tout seul et pour soi-même et donc il faut toujours faire avec les autres", a-t-il enchaîné.


François Hollande avait ouvert son propos devant plusieurs centaines de responsables associatifs par quelques mots sibyllins, célébrant "la force de l'engagement, la force du collectif, la force de l'utilité pour soi et pour les autres". Presque au même moment, Manuel Valls effectuait un déplacement à Evry, dans l’Essonne. Interrogé sur le départ d’Emmanuel Macron du gouvernement, il n’a pas mâché ses mots. 

En vidéo

"On ne peut rien faire tout seul", quand Hollande fait allusion à Macron

Moi je sais d'où je viens, je suis socialisteManuel Valls

"Chacun son itinéraire, son destin, en tenant compte aussi des principes... Vous savez, moi, j'ai un principe : c'est la loyauté, la loyauté à l'égard du président de la République, bien sûr, mais aussi la loyauté vis-à-vis des Français (...) Dans ces moments-là, on ne peut pas partir, on ne peut pas déserter", a lâché le Premier ministre. "On ne s'improvise pas candidat à la présidentielle", a-t-il aussi souligné. Et de conclure : "La déloyauté, elle fait mal au collectif et la loyauté rend plus fort" avant d'asséner "moi, je sais d'où je viens, je suis socialiste". 

En vidéo

Démission de Macron : "J'ai un principe, la loyauté" réagit Valls

Le président doit être candidat et il sera candidat quoiqu'il en coûteJean-Christophe Cambadélis

Le patron du PS, Jean-Christophe Cambadélis, ne décolère pas lui aussi. Après avoir accusé mardi sur LCI Emmanuel Macron de vouloir "empêcher le président de la République de se présenter" en 2017, Le Figaro révèle ce mercredi 31 qu’il a envoyé par SMS aux élus socialistes des éléments de langage assassins pour commenter la démission du ministre de l’Économie. 


"Cette démarche bonapartiste, une de plus contre tous les corps intermédiaires, n'a pas d'espace politique. C'est la vieille politique des élites qui veulent dissoudre le peuple qui ne comprend pas les enjeux", écrit-il. Il poursuit en accusant le putatif candidat à l’élection présidentielle d’œuvrer à la "destruction du PS au profit d'une union nationale autour de lui". "Il vient de renforcer notre conviction collective. Le président doit être candidat et il sera candidat quoiqu'il en coûte", conclut Jean-Christophe Cambadélis. 

En vidéo

Démission de Macron : "Il s'agit d'empêcher Hollande de se représenter", selon Cambadélis

Sur le même sujet

Et aussi

Lire et commenter