Chantiers de voirie retardés à Paris : la mairie reconnaît "une tension" sur l'approvisionnement en matériaux

Politique

CIRCULATION - Un article du "Canard enchaîné" pointait mercredi un problème d'approvisionnement en granit, matière destinée à la rénovation des trottoirs, pour expliquer la multiplication de chantiers à l'arrêt. Sollicité par LCI, l'adjoint Christophe Najdovski a confirmé qu'il pouvait y avoir "ici ou là" des perturbations liées à l'approvisionnement, écartant toutefois la responsabilité de la Ville.

Des centaines de chantiers de voiries, et autant de petits bouchons occasionnés aux heures de pointe. Alors que la politique de rénovation de la voirie parisienne de la mairie de Paris est sous le feu des critiques à cause des perturbations qu'elle engendre, un article du Canard enchaîné pointait, mercredi, la question des "chantiers à l'arrêt" qui ont pu être constatés dans certains quartiers.

D'après le Canard, une pénurie de granit, matière destinée à la réfection des bordures et des dalles de trottoirs, serait à l'origine de ces arrêts qui suscitent des interrogations. L'hebdomadaire donne l'exemple des travaux du boulevard Raspail (6e, 7e et 14e arrondissement), où ces problèmes d'approvisionnement auraient entraîné un retard d'un mois et demi. "Les carrières n'arrivent plus à fournir car les élus ont concentré leurs travaux sur les deux dernières années du mandat municipal", pointait un professionnel contacté par le journal. 

Sollicité jeudi par LCI, l'adjoint parisien aux transports Christophe Najdovski n'a pas infirmé ce scénario. "Il y a une tension sur l'approvisionnement de certains matériaux", a-t-il concédé. "Les carnets de commande des entreprises sont pleins. Il peut y avoir, ici où là, des retards", ajoute l'élu écologiste. 

"On assume d'avancer à pas rapide"

La mairie de Paris s'y prend-elle trop tard, à seulement un an des élections municipales ? Pour l'adjoint d'Anne Hidalgo, le programme de ces chantiers était anticipé. "Les travaux se font maintenant, ils sont la concrétisation des engagements du début de mandat", assure-t-il. A ceux qui accusent la Ville de rénover la voirie au forceps, l'adjoint répond : "On ne peut pas se désoler du changement climatique et critiquer les travaux qui visent, précisément, à adapter la ville au changement pour la rendre plus vivable. C'est le signe d'une ville qui change. Ces travaux sont nécessaires. On assume d'avancer à pas rapide".

Christophe Najdovski conteste en revanche l'affirmation du Canard selon laquelle il aurait décidé, au début de la mandature, de réduire fortement le budget consacré à l'entretien des chaussées - une décision qui serait à l'origine de ces retards présumés aujourd'hui. "Vous avez déjà vu un adjoint qui réclame une baisse de ses budgets ?" s'est-il défendu. 

En avril, la mairie de Paris avait dénombré pas moins de 6.079 chantiers en cours dans la capitale. Mais elle avait affirmé que seuls 457 de ces chantiers relevaient directement d'elle. Jeudi, sur BFMTV, Anne Hidalgo a reconnu que les travaux étaient contraignants pour les Parisiens, mais elle a expliqué, elle aussi, qu'ils étaient nécessaires pour "adapter la ville au dérèglement climatique". Selon Christophe Najdovski, "l'essentiel" de ces travaux de voirie seront terminés "à la fin de l'été", un calendrier confirmé par la maire de Paris. De quoi laisser espérer une rentrée plus paisible dans les rues de la capitale.  

Sur le même sujet

Et aussi

Lire et commenter