Charente : soupçonné d'avoir voulu tirer profit de la situation d'un SDF, le FN se défend

Charente : soupçonné d'avoir voulu tirer profit de la situation d'un SDF, le FN se défend
Politique

MANIPULATION ? - Dans son édition du jeudi 29 décembre, la Charente-Libre dénonce les "drôles de manipulations du FN autour d’un SDF". Le parti aurait publié au nom de l’homme qui était venu leur demander de l’aide, des petites annonces sur le Bon Coin leur permettant de dérouler leurs idées sur l'exclusion sociale. Contacté par LCI, le secrétaire départemental de la fédération de Charente se défend de toute manipulation ou récupération politique.

Des annonces postées sur le Bon Coin début décembre ont suscité l'intérêt des journalistes du quotidien régional la Charente-Libre. Un SDF demandait de l'aide pour obtenir un logement, dans des termes politisés et proche du discours du Front national. Franck B. expliquait qu'il avait "toujours vécu en France" et que les services sociaux avaient d'autres soucis que de s'occuper de son cas. "Je suis Français, dommage pour moi ?" ajoutait-il. "Je me demande si la meilleure solution, c'est de déchirer ma carte d'identité française et de faire une demande d'asile", écrivait-il encore. Après enquête, la Charente-Libre découvre que le FN se cache derrière ces petites annonces, le mail associé renvoyant à deux membres du parti. 

Geoffray Gourré, responsable de la communication du FN en Charente, et Julien Gateau, un militant, sont soupçonnés d'avoir manipulé ce SDF, qui avait poussé la porte de leur fédération pour obtenir de l'aide. Ce dont se défend le premier dans une tribune publiée jeudi sur Facebook. Jean-Paul Berroyer, secrétaire départemental de la fédération de Charente et conseiller régional FN, a répondu la même chose à LCI : "Ce SDF est venu nous demander ce qu'on pouvait faire pour lui. On a cherché ensemble une solution. Nous avons passé une annonce pour trouver quelqu'un qui accepterait de le loger."  

"Ils l'encadraient toujours et ne lui parlaient que de politique"

Une habitante d'Angoulême répond à l'annonce et accepte d'héberger Franck B. chez elle une dizaine de jours. Mais très vite, celle qui est accusée par le FN d'avoir voulu tirer profit de la situation en demandant de l'argent au SDF, remarque l'emprise des membres du parti sur l'homme. "Ce qui m’a étonné, c’est qu’ils l’encadraient toujours et ne lui parlaient que de politique. A une réunion, ils lui ont dit : 'la seule solution, c’est de prendre sa carte d’électeur et de voter FN'", explique-t-elle à La Charente-Libre. Le SDF lui-même a reconnu avoir été brieffé par ses "amis" avant un rendez-vous avec la presse locale.

Quand on lit l'annonce, on peut également douter qu'elle ait été entièrement rédigée par Franck B. lui-même. "Le texte a été écrit avec lui, rien n'a été fait en dehors de sa présence" répond pourtant Jean-Paul Berroyer, qui avoue toutefois des "maladresses" dans la formulation. 

"On ne voulait pas en faire état pour ne pas qu'on nous accuse de faire de la récupération politique"

Aussi, le FN regrette la médiatisation de cette affaire. "On ne voulait pas en faire état pour ne pas qu'on nous accuse de faire de la récupération politique", a expliqué à LCI M. Berroyer. "On avait dit à Franck de ne pas dire à la presse que nous étions derrière", continue-t-il. Franck, toujours hébergé chez Geoffray Gourré selon sa tribune publiée sur Facebook, défend d'ailleurs les membres du parti : "C’est moi qui ai frappé à la porte de leur permanence pour voir s’ils pouvaient faire quelque chose pour moi", déclare-t-il dans la Charente-Libre.

Autre problème soulevé par le quotidien : Franck B. ne serait pas si délaissé que le laissent croire les annonces. Selon la Charente-Libre, sous curatelle, il aurait bénéficié de chantiers d'insertion et était depuis deux ans hébergé en foyer. Ce dernier en était parti de lui-même. "Je ne voulais plus y rester. J’ai tout fait pour me faire virer. Et j’ai réussi", dit-il dans la Charente-Libre. "On l'a su plus tard, on ne savait pas tout de lui le premier jour", répond Jean-Paul Berroyer.

Lire aussi

Sur le même sujet

Et aussi

Lire et commenter

Alertes

Recevez les alertes infos pour les sujets qui vous intéressent