Château, bateau, verres à Porto… quand les collectivités mettent leurs biens aux enchères sur internet

Château, bateau, verres à Porto… quand les collectivités mettent leurs biens aux enchères sur internet

BROCANTE - Face à la baisse des dotations de l’Etat, les collectivités locales utilisent de plus en plus les sites d’enchères sur le web pour vendre des biens et récupérer de l’argent. Et comme le révèle Le Parisien, certaines annonces ont de quoi surprendre…

Vous souhaitez récupérer 76 parkas de pompiers pour une soirée déguisée ? Ou bien acquérir un vélo elliptique pour reprendre le sport ? Votre commune ou votre département pourrait bien être celui qui vous vendra l’objet dont vous avez envie. Dans son édition du jour, Le Parisien révèle un phénomène qui s’étend à de plus en plus de collectivités locales : mettre aux enchères sur internet toutes sortes de biens.


Pour amortir l’impact de la diminution des dotations de l’Etat (Emmanuel Macron exige une baisse de 13 milliards des dépenses d’ici 2022), certaines collectivités n’hésitent pas à se muer en brocanteur pour faire gonfler leur budget. Sur des sites comme Agorastore ou Webencheres, il vous est possible de dépenser de quelques euros à plusieurs centaines de milliers pour renflouer les caisses des mairies, départements ou régions en vous offrant une partie de leur patrimoine.

En vidéo

Economie d'énergie : les collectivités s'organisent contre le gaspillage

Ainsi, nos confrères ont repéré un château de 3000 m² appartenant à la commune de Saint-Jean-d’Angély à vendre pour 533 000 euros. "Gros travaux à prévoir", est-il précisé. Si votre budget est plus serré, un bateau classé monument historique du département de la Gironde était aux enchères à partir de 22 880 euros. A Bagnols-sur-Cèze, un hôtel particulier mitoyen de la mairie estimé à 200 000 euros lors de son acquisition et laissé dépérir est désormais à acquérir pour le plus offrant, à partir de 60 000 euros.

Si votre compte en banque est moins fourni ou si vous êtes collectionneur, les collectivités ont aussi des choses pour vous. La ville de Reims a mis en vente des anciens pupitres d’école en bois à 10 euros et L’Isle-sur-la-Sorgue cède des plaques funéraires pour 50 euros. Pour les amateurs d’apéro, la commune du Croisic se sépare de 19 verres à Porto pour 4 euros le lot…

Tout savoir sur

Tout savoir sur

La présidence Macron

Sur le même sujet

Plus d'articles

Lire et commenter