"Cher Jean-François..." La lettre assassine du député Lionel Tardy à Jean-François Copé

Politique
DirectLCI
UMP – Face à l'accumulation des affaires qui touchent son parti, le député UMP Lionel Tardy a décidé d'écrire une lettre ouverte à Jean-François Copé. Une missive aux allures d'avertissement à l'encontre du chef du parti, lui-même empêtré dans l'affaire Bygmalion, qu'il accuse de nuire à l'image du parti.

Le linge sale de l'UMP, il a décidé de le laver en public. Las des différentes affaires qui touchent son parti, le député UMP de Haute-Savoie Lionel Tardy a décidé de prendre la plume pour s'adresser directement à Jean-François Copé. Une missive, publiée sur son blog , dans laquelle le député filonniste règle ses comptes. La dernière affaire en date (des sénateurs UMP soupçonnés de détournement de fonds ) a été la goutte d'eau : "Il est un moment où les Français, les militants et élus UMP de base disent STOP", écrit le député. Ces affaires ne sont pas "un relent de la guerre Copé / Fillon" mais "tout le contraire", prévient-il : "nous ne sommes pas ici sur un problème de ligne politique, mais de transparence".

Et des problèmes de "transparence", le député en énumère plusieurs. Tous visent, au moins indirectement, le chef de son parti, ce "cher Jean François" à qui il adresse sa lettre. Il y a d'abord l' affaire Bygmalion , dans laquelle est empêtré le patron de l'UMP. Ce dernier est soupçonné d'avoir surfacturé des meetings de Nicolas Sarkozy durant la campagne, au profit d'une agence de communication appartenant à ses amis. Lors de la révélation de l'affaire, fin février, Lionel Tardy n'avait déjà pas hésité à accabler le maire de Meaux, en affirmant sur Twitter que "Tout le monde savait". Il avait ensuite dénoncé ouvertement les pratiques d'un dirigeant qui "se permet tout et n'importe quoi" et qui n'avait "plus rien à faire à la tête de l'UMP.

"Ce qui était vrai pour Nicolas Sarkozy ne l'est pas pour vous"

Dans sa lettre, l'élu de Haute-Savoie revient à la charge : "En vous exprimant depuis le siège de l'UMP (sur cette affaire, ndlr), vous avez tenté d'amalgamer une affaire personnelle avec les affaires de l'UMP, ce qui a été tout a fait dommageable pour l'image de notre parti". Amer, celui qui se qualifie de "député de base" lui reproche ensuite d'avoir récolté les lauriers de la victoire du parti aux municipales : "les Français, les militants et élus UMP de base ne votent pas pour Jean-François Copé, mais pour l'UMP. Ce qui était vrai pour Nicolas Sarkozy ne l'est pas pour vous (...). Faire croire le contraire et faire croire que notre victoire aux municipales vous est due fait sourire".

En conclusion, "il est enfin temps pour vous, dès le début juin, d'éclairer les Français, militants et élus UMP, faute de quoi l'UMP, notre parti, notre bien commun, n'y survivra pas", affirme Lionel Tardy. Une menace qu'il avait déjà proférée jeudi dernier dans un entretien au site Hexagones.fr , estimant que le "parti n'existera plus en juin". La réaction des copéistes ne s'était alors pas fait attendre : le secrétaire adjoint de l'UMP, Geoffroy Didier, a carrément invité l'élu à prendre la porte . "Je ne pense pas que ça serait une très grande perte pour notre famille politique", avait alors répondu le représentant de la Droite forte. L'UMP, tu l'aimes ou tu la quittes. Quant au principal intéressé, il n'a tout simplement pas répondu. La relance de Lionel Tardy pourrait bien, une nouvelle fois, rester lettre morte.

Sur le même sujet

Plus d'articles

Lire et commenter