Chevènement : "La discrétion s'applique à toutes les religions"

Politique

Toute L'info sur

La polémique autour du burkini

JE PERSISTE - Invité de France Inter lundi matin, Jean-Pierre Chevènement, futur président de la Fondation pour l'islam de France, a défendu ses propos sur la nécessaire "discrétion" des musulmans.

La leçon de laïcité du docteur Chevènement. Celui qui présidera la future Fondation pour l'islam de France a justifié à nouveau, lundi matin sur France Inter, ses propos qui avaient fait polémique sur la "discrétion" nécessaire des musulmans. Mais il a pris soin de préciser que cette formule ne concernait pas un seul culte. "Ce conseil s'adresse à toutes les religions en vertu du principe de laïcité", dit-il. Dans l'espace public, "chacun doit faire abstraction de ses dogmes au nom de l'intérêt général". 

Et de trouver une application concrète... dans la polémique estivale sur le burkini. Alors qu'au même moment, sur RTL, Nicolas Sarkozy se prononçait pour une loi interdisant ce vêtement, Jean-Pierre Chevènement a apporté son soutien à la position de Bernard Cazeneuve. Pour lui, ce n'est pas une question de législation mais "d'intégration". "Je suis pour qu'il y ait des principes communs, pas pour une réglementation tâtillonne des mœurs", a-t-il plaidé. Pour autant, "je suis pour l'égalité hommes-femmes et à ce titre, le burkini pose des problèmes", juge-t-il. "Le but est l'apaisement, mais chacun doit faire un effort". "Il est de mon devoir d'appeler à une certaine discrétion."

"La plage est un espace d'ébats plutôt que de débats"Jean-Pierre Chevènement sur France Inter, à propos du burkini

Sur le même sujet

Et aussi

Lire et commenter