Chômage : pour Gérard Larcher, "il n’y aura pas de vraie inversion de la courbe sans croissance"

Chômage : pour Gérard Larcher, "il n’y aura pas de vraie inversion de la courbe sans croissance"

POLITIQUE - Invité de LCI mercredi, le président du Sénat et ancien ministre du Travail Gérard Larcher (LR) a réagi à l'améliorations des chiffres du chômage. Selon lui, "il n'y aura pas de vraie inversion de la courbe sans croissance".

Malgré les "bons" chiffres du chômage annoncés mardi 25 octobre, le président Les Républicains du Sénat se veut prudent. Oui, il y a bien une baisse de 66.300 en septembre, mais "vous m'auriez interrogé le mois dernier, c'était plus 55.000", a-t-il rappelé, alors qu'il était l'invité de LCI mercredi. Selon lui,  "il n'y aura pas de vraie inversion de la courbe sans croissance" qui doit permettre de "créer de l'emploi".

D'où l'importance "des politiques fiscales en direction des entreprises et des politiques de flexibilité du marché du travail, tout en assurant la sécurité des salariés"... "ce que propose François Fillon", glisse-t-il doucement, réaffirmant son soutien à l'ancien Premier ministre pour la primaire de la droite. 

Primaire à droite : un objectif personnel fixé à 4 millions de votants

A moins d'un mois de la primaire, Gérard Larcher s'est également exprimé sur le sujet. Il a ainsi déclaré que 5 millions de bulletins de vote vont être imprimés pour chaque tour, et tout comme 9 millions de flyers. Ces derniers expliqueront aux Françaises et Français comment voter.

"Mon objectif personnel, qui serait pour moi un grand succès, ce serait d'atteindre les 4 millions de votants", a-t-il indiqué... Réponse le 20 novembre prochain.

En vidéo

Primaire de la droite : "On a imprimé 5 millions de bulletins de vote", indique Gérard Larcher

"J'imagine mal comme candidat un Président tellement rejeté aujourd'hui"

Interrogé sur François Hollande, le président du Sénat a assuré que ce dernier aurait à "tirer les conséquences du sentiment qu'on les Français à son égard". Selon un dernier sondage du Cevipof, seulement 4% d'entre eux se disent satisfaits de son action. "J'imagine mal comme candidat, un pPésident (...) tellement rejeté aujourd'hui", a-t-il insisté. 

En attendant qu'il se présente ou non, Gérard Larcher a également déclaré qu'il n'a "pas de conseil à lui donner", simplement d' "être Président jusqu'au bout", et donc d'"assurmer les missions régaliennes", comme la sécurité. 

En vidéo

Gérard Larcher sur François Hollande : "Il n'a pas trouvé la rencontre avec les Français"

Sur le même sujet

Les articles les plus lus

EN DIRECT - Allemagne : "Ne permettons pas que la pandémie divise aussi notre société", déclare Frank-Walter Steinmeier

Un rassemblement devant le ministère de la Santé pour dénoncer les suicides de cinq internes en médecine

Une troisième dose de Pfizer "probablement" nécessaire : la mise au point de Gérald Kierzek

VIDÉO - "The Voice" : Jim Bauer a mis K.O. les coachs avec une audacieuse reprise de "Tata Yoyo"

L'image de la cérémonie : la reine Elizabeth II se recueille devant le cercueil de son mari Philip

Lire et commenter