Christine Boutin prend sa retraite après 40 ans de carrière... et de grosses gaffes sur Twitter

Christine Boutin prend sa retraite après 40 ans de carrière... et de grosses gaffes sur Twitter
Politique

TWEET-BOURDES - Très active sur Twitter depuis les débats enflammés sur le mariage pour tous, Christine Boutin (96 000 abonnés) a aussi multiplié les gaffes sur le réseau social. Revue de tweets...

Christine Boutin met fin à sa carrière politique. La présidente d’honneur du parti chrétien-démocrate, conseillère départementale des Yvelines, a annoncé ce samedi qu'elle prenait sa retraite à l'âge de 73 ans après 40 ans d'une carrière politique au sein de la droite conservatrice et catholique.

Fervente opposante au Pacs puis au mariage homosexuel, l'ancienne ministre et députée des Yvelines fut particulièrement active sur Twitter où elle possède quand même près de 100.000 abonnés. En 8 ans de présence sur le réseau social, la passionaria de la droite conservatrice a posté 36 000 tweets au risque de multiplier les bourdes et des faux pas parfois très, très gênants.

Dernière en date ? Lors de la passation de pouvoir entre François Hollande et Emmanuel Macron. Ce 14 mai 2017, la diffusion sur France 2 de cette séquence politique avait primé sur la traditionnelle messe dominicale. Un fait inconcevable pour la chrétienne-démocrate qui dénonçait une "volonté de banaliser" le jour du Seigneur chrétien. L'émission Le Jour du Seigneur lui avait alors répondu que contrairement à ses craintes, la messe serait bien diffusée, mais plus tôt dans la matinée.

Un peu plus tôt, le 8 mai, l'élue qui a voté Le Pen à la présidentielle, alertait sur l'apparition du chiffre du diable dans les résultats de vote du président élu. Il remportait l'élection avec 66,06% contre Marine Le Pen... 666.

Lire aussi

Le 21 septembre 2016, Christine Boutin annonçait placidement sur le réseau social la mort de Jacques Chirac dans ces termes : "Mort de #Chirac". Le président de la République était hospitalisé depuis quatre jours pour une "infection pulmonaire". Mais moins d'une heure plus tard, sa famille démentait l'information. "L’information m’a été donnée par une source que j’estime sûre. Je l’ai donnée car je pense que les Français l’attendent, preuve en est du buzz qu’il a suscité", se défendait-elle auprès du Monde. Son tweet, lui, a été supprimé.

Lors du débat sur la loi Famille en 2014, Christine Boutin avait largement été moquée pour avoir cité très sérieusement, en direct sur BFM, un tweet du journal parodique Le Gorafi. N'apprenant visiblement pas de ses erreurs, elle était à nouveau tombée dans le panneau, en juillet 2016, en commentant une fausse information du site parodique belge Nordpresse. Celui-ci annonçait que François Hollande et ses ministres allaient rester au pouvoir jusqu'en 2022. "François Hollande et son gouvernement allant vers le chaos cherchent à trouver la manip pour annuler les présidentielles de 2017 !", s'exclamait-elle.

Nouveau faux pas en mai 2013, lorsque l'ancienne ministre de Nicolas Sarkozy découvre via un article de l'Obs qu'Angelina Jolie a subi une double mastectomie préventive. La politique ne trouve alors rien de mieux à dire que de justifier cette lourde opération par une volonté de "ressembler aux hommes". "Rire ! Si ce n'était triste à en pleurer !"poursuit-elle. Mais loin de vouloir adopter une silhouette masculine, l'actrice, porteuse d'un gène défectueux (BRCA1), avait de très grandes chances de développer un cancer du sein, ainsi que des ovaires. Sa mère est morte à l'âge de 56 ans d'un cancer.

Dans une tribune publiée deux jours plus tard sur le site du Parti chrétien démocrate, elle justifiait sa réaction par une volonté d'alerter "sur cette médiatisation pour le moins surprenante". "Se faire enlever un sein est un choix qui n’est jamais pris à la légère. Or, en l’espèce, il semble bien qu’Angelina Jolie n’était pas (encore) porteuse de cancer. Je m’interroge donc sur l’opportunité de cette opération. Celle-ci pose la question et les limites de la médecine prédictive, qui supprime par avance la possibilité d’un mal qui n’est pas encore développé !", poursuit-elle.

Invitées de Michel Denisot dans Le Grand Journal de Canal + lundi 8 avril 2013, Audrey Pulvar et Roselyne Bachelot, toutes deux pro-mariage pour tous, avait entrepris de se moquer de Christine Boutin, l'une mettant la main sur le sein de l'autre. Ulcérée, la conseillère départementale des Yvelines, condamnée en 2015 à 5000 euros d'amende pour avoir qualifié l’homosexualité d’"abomination", avait déclaré sur Twitter : "Existe-t-il plus homophobe qu'un ancien ministre et une ancienne journaliste singer des lesbiennes pour m'offenser ? Moi, je m'en fous de leur niaiserie".

  "Je n'aurai plus de mandat, mais compte tenu de mes 40 années de vie politique mon influence restera", a dit samedi à Reuters l'ancienne ministre du Logement de Nicolas Sarkozy. On ne sait pas si Twitter fera toujours partie des outils de cette "influence". 

Sur le même sujet

Et aussi

Lire et commenter

Alertes

Recevez les alertes infos pour les sujets qui vous intéressent