François Hollande : "Tout sera fait pour que le site de Belfort soit pérennisé"

François Hollande : "Tout sera fait pour que le site de Belfort soit pérennisé"

ALSTOM - En réponse au communiqué de la direction d'Alstom, qui estimait "impossible d'assurer un avenir" à Belfort, François Hollande a assuré que "tout sera fait pour que le site soit pérennisé, c'est-à-dire pour plusieurs années."

L'annonce de François Hollande, en réponse au communiqué de la direction du site de Belfort ne s'est pas fait attendre. "Tout sera fait pour que le site de Belfort soit pérennisé, c'est-à-dire pour plusieurs années." Plutôt la matinée, la direction de Belfort avait annoncé qu'il "apparaît impossible d'assurer un avenir pérenne" au site, ajoutant qu'ils se donnaient "deux ans" pour "envisager des solutions alternatives" avec les salariés impactés.

Le gouvernement "n’était pas informé de la proposition formulée par le PDG d’Alstom qui aboutit à la fermeture du site de Belfort", selon Christophe Sirugue. Invité sur LCI ce mardi matin, le secrétaire d’Etat à l’Industrie a confirmé que le PDG du groupe n’avait pas informé l’Etat, pourtant actionnaire majoritaire, de sa décision de délocaliser la chaîne de production de locomotives du site de Belfort à Reichshoffen (Bas-Rhin) d'ici 2018. "Pour la bonne raison qu’il n’a pas fait cette proposition devant les instances normales, c'est à dire le conseil d'administration". 

Toute l'info sur

La crise à Alstom Belfort

En vidéo

EXTRAIT - Alstom : l'Etat n'était pas informé de la fermeture du site d'Alstom

L’Etat n’apportera pas de contribution financière au capital du groupe

Le débat reste donc entier, alors que Christophe Sirugue doit recevoir les syndicats cet après-midi à Bercy. Le mot d’ordre est simple : empêcher la fermeture du site et maintenir son activité à la demande de François Hollande. "Nous avons une feuille de route très claire". Pour autant, l’Etat n’apportera pas de contribution financière au capital, mais pourrait accompagner les opérations à venir. "Nous verrons", a répondu le secrétaire d’Etat, selon qui le secteur industriel et le savoir-faire du site de Belfort ont de l’avenir. Encore faut-il que la direction fasse preuve de la même "agressivité à l’intérieur", qu’à "l’export". 

A la sortie d’une réunion interministérielle organisée lundi sur le sujet, le ministre des Finances avait annoncé que ce "début de semaine serait décisif en termes de rencontres, de concertations, de décisions pour l'avenir du site de Belfort d'Alstom". Condamnant de nouveau la façon "inacceptable" avec laquelle la direction du groupe a annoncé le transfert de sa chaîne de production, Michel Sapin a indiqué que le gouvernement voulait "redonner de l'espoir aux salariés" et "du travail pour ceux qui aujourd'hui sont inquiets pour leur avenir".

En vidéo

Alstom : l'Etat affirme qu'il ne savait pas

Lire aussi

    Sur le même sujet

    Les articles les plus lus

    Vincent éliminé de "Koh-Lanta" : "En rentrant, je me suis inscrit à une formation pour devenir coach de vie"

    Féminicide à Mérignac : "Ça s'est joué à une seconde", témoigne un voisin qui a tenté de s'interposer

    EN DIRECT - Covid-19 : moins de 20.000 cas en 24h, la décrue se poursuit à l'hôpital

    VIDÉO - Vincent de Koh-Lanta : "J’ai déposé l’expression 'I don’t want this' !"

    Laëtitia éliminée de Koh-Lanta : "Le plus surprenant, c'est que ça vienne de Lucie"

    Lire et commenter

    LE SAVIEZ-VOUS ?

    Logo LCI défend l'ambition d'une information gratuite, vérifiée et accessible à tous grace aux revenus de la publicité .

    Pour nous aider à maintenir ce service gratuit vous pouvez "modifier votre choix" et accepter tous les cookies. > En savoir plus.