5 choses à savoir sur Stéphane Travert, l'ancien frondeur devenu ministre et remis à sa place par Nicolas Hulot

Politique
DirectLCI
PORTRAIT - Stéphane Travert, député de la Manche, a été nommé ministre de l'Agriculture ce mercredi dernier lors du dernier remaniement. Au cœur du premier gros désaccord gouvernemental ce lundi, ce proche d'Emmanuel Macron est notamment... un ancien frondeur socialiste.

Moins d'une semaine après sa nomination, Stéphane Travert s'est fait remarquer ce lundi en devenant l'un des acteurs du premier couac gouvernemental. Invité sur BFMTV et RMC dans la matinée, le ministre a déclaré vouloir revenir sur la législation interdisant, sauf dérogation, les insecticides de la famille des néonicotinoïdes à partir de septembre 2018. Une position immédiatement contestée par le ministre de la Transition écologique et solidiare Nicolas Hulot, et plus tard par Matignon.

Stéphane Travert, 47 ans, a été nommé ministre de l’Agriculture mercredi dernier. Né le 12 octobre 1969 à Carentan, dans la Manche, il est diplômé d’une école de commerce et d’un BTS d’action commerciale. Il a travaillé quelque temps dans l’industrie avant de se lancer en politique. Elu député en 2012 sous l’étiquette du Parti socialiste, il a été réélu en 2017 sous l’étiquette La République en marche. 


Stéphane Travert est l’un des premiers à avoir soutenu Emmanuel Macron et son mouvement En marche. Les deux hommes se sont rencontrés à la fin de l’année 2014, au moment de l’examen à l’Assemblée du projet de loi de l’ancien ministre de l’Economie. Comme un autre fidèle, Richard Ferrand, Stéphane Travert en était l’un des rapporteurs, notamment sur l’épineux volet du "travail du dimanche". Découvrez cinq choses à savoir sur le nouveau ministre :

En vidéo

VIDEO -Découvrez les membres du gouvernement

1- Il a adhéré au Parti socialiste à l'âge de 18 ans

Le ministre s'est engagé très tôt en politique puisqu'il a adhéré au Parti socialiste à 18 ans, témoigne son père Claude Travert interrogé par Ouest France. Il a même payé sa cotisation avec son argent de poche, indique son papa. Stéphane Travert a ensuite gravi les échelons au sein du parti : il a été Premier secrétaire de la fédération de la Manche entre 2002 et 2003, puis à partir de 2005. A cette même date, il devient membre du Bureau national du PS. Toujours dans Ouest France, le père de Stéphane Travert défend le changement de camp de son fils : "Lui comme moi, on ne renie pas nos valeurs. On est des socialistes En marche."

2- Son père a été syndicaliste chez Force ouvrière

En terme d'engagement militant, Stéphane Travert avait de qui tenir, avec son père Claude. Militant socialiste de longue date, ce dernier a été syndicaliste chez Force ouvrière durant sa carrière à l'imprimerie Cauchard de La Haye-du-Puits, village dans lequel a grandi le ministre. Claude Travert a toujours soutenu et aidé son fils dans ses combats politiques, notamment en participant activement à sa dernière campagne pour les législatives. 

3- Stéphane Travert a été frondeur sous le quinquennat Hollande

Elu député socialiste en 2012, Stéphane Travert a très vite rejoint le camp des frondeurs à l'Assemblée nationale. Il n'a pas voté la confiance au Premier ministre Manuel Valls, et n'a pas voté de nombreux textes économiques ou budgétaires comme la sécurisation de l'emploi ou le traité européen de 2012. Dans une interview accordée à France Bleu, il explique : "Je n’aurais pas soutenu Manuel Valls. Il ne rassemblait pas suffisamment. Je n’étais pas d’accord sur sa vision du pays, la brutalité avec laquelle il pouvait porter les choses, sur sa vision de la laïcité et de l’identité. Sur le plan sociétal et sur le plan des valeurs, Emmanuel Macron est beaucoup plus proche de ce que je défends à gauche depuis longtemps."

4- Il souhaitait que Benoît Hamon prenne la tête du PS

En novembre 2008, Stéphane Travert a soutenu Benoît Hamon lors de l'élection du Premier secrétaire du Parti socialiste lors du sororicide congrès de Reims. Le futur candidat à la présidentielle n'accèdera pas au second tour. Entre Ségolène Royal et Martine Aubry, Stéphane Travert choisit  finalement (comme Benoît Hamon) de soutenir la maire de Lille, qui sera élue à la tête du parti à l'issue du congrès.

5- Il aime les brocantes

Quand il ne fait pas de la politique, Stéphane Travert aime chiner dans les brocantes. Selon France Bleu Cotentin, le ministre collectionne les vieux livres, les vieilles cartes postales, les vieilles voitures, les trains miniatures ou encore les plaques de comice agricole.

Sur le même sujet

Plus d'articles

Lire et commenter