Closer-Philippot : le n°2 du FN veut durcir la loi contre la presse people

Politique

OUTING - Le vice-président du FN s'est félicité de la condamnation du magazine people. Le 12 décembre, Closer avait paparazzé Florian Philippot en week-end à Vienne (Autriche), au bras d'un homme.

La condamnation de Closer à 20.000 euros de dommages et intérêts pour "atteinte à la vie privée" de Florian Philippot est "une décision raisonnable", a estimé lundi le vice-président du Front national. "Je pense qu'elle démontre qu'on protège encore la vie privée en France", s'est-il félicité sur Europe 1 .

Le magazine a fait appel

Florian Philippot estime néanmoins qu'il faudrait "probablement" durcir la loi contre la presse people. "Il faut que ces magazines qui ne sont là que pour engraisser des actionnaires, qui n'ont pas d'autres objectifs que faire du fric sur le dos des gens en utilisant tous les moyens les plus immoraux et les moins éthiques, soient dissuadés de le faire, parce que c'est terrible d'aller vers cette américanisation où on confond vie privée et vie publique", a-t-il dit.

Closer, qui a annoncé faire appel de sa condamnation, avait publié des photos montrant Florian Philippot en compagnie d'un homme présenté comme son compagnon . Outre les dommages et intérêts de 20.000 euros, le juge des référés du Tribunal de grande instance de Paris a également condamné l'hebdomadaire à publier la décision en couverture du journal et à verser 3500 euros à l'élu au titre des frais de justice.

EN SAVOIR + >> Vie privée : Closer condamné après l'outing de Philippot

Sur le même sujet

Et aussi

Lire et commenter