Colère contre les magistrats : Guaino enfonce le clou

Colère contre les magistrats : Guaino enfonce le clou

DirectLCI
COUP DE SANG - Après une sortie très remarquée, mercredi, à l'Assemblée nationale, contre les magistrats, le député des Yvelines Henri Guaino (LR), invité de BFM TV, en a remis une couche ce jeudi matin.

A l'Assemblée nationale, Manuel Valls lui demandait de "reprendre (ses) esprits". Las, Henri Guaino, auteur d'une sortie hallucinante lors des questions au gouvernement mercredi, traitant, avec une émotion palpable, les magistrats de "pervers", de "psychopathes" ou de "militants aveuglés par l'idéologie", a assumé ses propos jeudi 29 octobre, sur le plateau de BFM TV.

Voici la séquence du mercredi 28 octobre à l'Assemblée nationale


"Ce que j'ai dit c'est qu'il y a des magistrats, comme partout, qui honorent leur fonction, et il y a aussi dans ce corps, comme partout ailleurs, des gens qui sont des psychopathes, aveuglés par l'idéologie", a-t-il asséné face à Apolline de Malherbe.

La question de l'interdiction du syndicalisme dans la magistrature

Et d'enchaîner : "Vous imaginez les pouvoirs dont disposent les magistrats en France ? Le pouvoir de vous mettre en prison, de vous pourrir la vie pendant des années. Qui répare les vies brisées, qui répare les réputations détruites ?", a ajouté le député des Yvelines, condamné la semaine dernière à 2.000 euros d'amende pour "outrage" envers le juge Gentil , dans le cadre d'un commentaire sur l'affaire Bettencourt.

Visiblement extrêmement blessé par cette sanction, l'ex-plume de Nicolas Sarkozy a réitéré son souhait "d'interdire le syndicalisme dans la magistrature". "C'est une calamité", a-t-il insisté. "Il faut créer une responsabilité des magistrats, ça ne peut pas continuer comme ça. Quand la justice fonctionne mal, c'est la fin de la République", a-t-il conclu sur le sujet.

Plus d'articles