Comment Emmanuel Macron s'est fait un nom auprès des Français

Politique
DECRYPTAGE - Inconnu du grand public avant sa nomination à l'Economie, Emmanuel Macron fait une entrée étonnante dans notre baromètre metronews-CLAI-LCI réalisé par OpinionWay, avec 40% de bonnes opinions. Comment le tout jeune ministre a-t-il déjà pu se faire un nom ? Explications.

Tout nouveau mais déjà plus apprécié que Christiane Taubira. Peu connu de l'opinion publique et très critiqué lors de sa nomination , le ministre de l'Economie Emmanuel Macron fait une entrée étonnante dans notre baromètre metronews-CLAI-LCI, réalisé par OpinionWay. Avec 40% de bonnes opinions, le benjamin du gouvernement obtient en effet mieux que son prédécesseur Arnaud Montebourg (37% en juillet) ou que son partenaire de Bercy, Michel Sapin (31%). Plus surprenant encore : bien qu'il sorte à peine de l'ombre des cabinets ministériels, seuls 13% des Français estiment ne pas le connaître assez pour le juger. Alors comment ce brillant énarque a-t-il déjà pu se faire un nom ?

Il avait beau ne pas être connu, Emmanuel Macron est loin d'être passé inaperçu lors de sa nomination. Frondeurs socialistes, écologistes... Nombreux ont été ceux à fustiger l'identité politique de cet ancien financier au sein de la banque d'affaires Rothschild. Des polémiques et des critiques qui ont, assurément, retenu l'attention des Français. "Il a été tellement exposé, on a tellement parlé de lui que beaucoup de Français se sont déjà fait un avis", nous confirme Bruno Jeanbart, directeur général adjoint d'Opinionway. Si le jeune ministre n'a fait pour le moment que deux sorties médiatiques et donné qu' une seule interview , il a en effet été exposé à la une de toute la presse pendant plusieurs jours.

"Les Français s'intéressent aux gens compétents"

Le renouveau symbolisé par Emmanuel Macron suscite par ailleurs "un fort intérêt", estime pour metronews Virginie Martin, politologue et présidente du think tank Different. "Il a beau avoir été dans les arcanes du pouvoir en tant que conseiller, il symbolise une bouffée d'oxygène politique", analyse-t-elle. "Il n'a pas le parcours du militant socialiste habituel, il dégage l'idée d'expertise, comme Christine Lagarde sous le gouvernement Fillon", compare Virginie Martin pour expliquer cette subite ascension. Et d'ajouter : "Emmanuel Macron ne donne pas l'idée qu'il veut rester au pouvoir à tout prix. Et si on ajoute à cela qu'il est le seul inconnu du gouvernement et qu'il est jeune et frais, l'attention importante qu'il suscite se comprend".

Une analyse que semble d'ailleurs partager l'entourage du ministre. "Il y a, c'est vrai, un effet d'accélération médiatique " reconnaît un collaborateur, qui préfère toutefois rester prudent : "Les Français s'intéressent aux gens compétents, à ceux qui n'ont pas de plan de carrière, mais pas question de crier au triomphe et Emmanuel le répète sans cesse : il veut être jugé sur ses actes et seulement sur ses actes".

Une chose est sûre, le nouveau résident de Bercy fait attention à chacune de ses sorties et ne laisse rien au hasard. Interrogé sur les phrases de ses collègues ministres, il botte en touche pour ne pas "polémiquer sur les polémiques" . Quant à intensifier sa présence médiatique pour alimenter son image de "jeune bosseur", Emmanuel Macron s'y refuse pour le moment : "Il va aller régulièrement sur le terrain mais il préfère attendre un peu d'étudier davantage tous ses dossiers avant de donner une grande interview".

Sur le même sujet

Plus d'articles

Lire et commenter