Comment empêcher l'argent étranger de financer les campagnes électorales en Europe ?

Politique

ARGENT SUSPECT - Dans sa tribune pour l'Europe, Emmanuel Macron propose d'interdire "le financement des partis politiques européens par des puissances étrangères". Est notamment visée la Russie, souvent accusée d'ingérence par le président de la République, notamment en Italie, au Royaume-Uni, et même en France.

"Je propose que soit créée une Agence européenne de protection des démocraties qui fournira des experts européens à chaque Etat membre pour protéger son processus électoral contre les cyberattaques et les manipulations. Dans cet esprit d’indépendance, nous devons aussi interdire le financement des partis politiques européens par des puissances étrangères." Voilà ce qu'écrit Emmanuel Macron dans sa tribune pour l'Europe publiée  mardi dans plusieurs quotidiens nationaux européens. Si un tel dispositif est déjà effectif en France, il ne l'est pas dans tous les pays de l’Union européenne.

Lire aussi

Depuis 1995 en France il est interdit aux entreprises, associations, fondations, syndicats et collectivités locales de financer les partis politiques ou les candidats. C'est sur cette base que l'ancien président de la République Nicolas Sarkozy a été mis en examen pour "financement illégal de campagne électorale". Il est soupçonné d'avoir perçu de l'argent liquide de la Libye alors dirigée par Mouammar Kadhafi pour sa campagne présidentielle de 2007. 

En revanche, une formation politique peut solliciter un prêt auprès d'une banque étrangère. C'est d'ailleurs ce qu'a fait - tout à fait légalement - à plusieurs reprise le Front national de Marine Le Pen, devant le refus des banques nationales à lui prêter de l'argent pour ses dernières campagnes électorales. Une démarche qui n'a pas manqué d'alimenter des accusation d'ingérence notamment après un emprunt de 9 millions d'euros à la banque russe First Cezch Russian bank en 2014.  Accusations que Marine Le Pen avait alors fermement démenties. "Vous avez déjà emprunté, j'imagine, dans votre vie quotidienne à une banque, c'est pas pour ça que vous vous sentez une obligation à l'égard de la banque", avait-elle alors expliqué. 

 

L'échec d'une banque de la démocratie pour financer les partis

C'est pour éviter le recours à l'argent étranger en période électoral et les soupçons qu'il provoque, que François Bayrou, proche d'Emmanuel Macron, avait prôné en 2017 la création d'une banque de la démocratie, établissement public permettant de s'affranchir des financements des banques privées pour les prêts aux partis et candidats. Mais un an après, le projet a été retoqué par la majorité présidentielle. La successeure de François Bayrou au ministère de la Justice, Nicole Belloubet, avait expliqué pour justifier sa décision : "les questions notamment d'accès au crédit relèvent moins d'une absence d'offre bancaire, que viendrait combler la banque de la démocratie, que de questions d'information ou de délai qui pourraient être réglées par le médiateur du crédit qui, lui, a été institué dans la loi confiance de 2017".

Voir aussi

Comment donc empêcher l'argent étranger d'inonder les campagnes électorales en Europe ? Lorsque Emmanuel Macron parle de "protéger son processus électoral contre les cyberattaques et les manipulations", il a sûrement en tête quelques exemples de financements de campagnes par des puissances étrangères. Pas la peine d'aller chercher bien loin, voici deux exemples trouvés dans l'actualité récente. 

Dans un livre sorti ce 28 février de l'autre côté des Alpes, deux journalistes italiens affirment que le parti dirigé par Matteo Salvini a établi des contacts avec des oligarques russes pour le financement de sa campagne pour les européennes. Depuis juillet 2018, la Ligue serait en contact avec la compagnie pétrolière russe Avangard. "Et à la mi-octobre, en parallèle d’une visite officielle à Moscou un deal a été discuté afin que son parti puisse toucher, à l’approche des élections européennes de mai prochain, une importante commission sur des livraisons de pétrole. Cette fois, c’est la deuxième compagnie d’Etat, Rosneft, qui serait dans le coup", peut-on lire sur le site Mediapart, qui a publié les bonnes pages du livre quelques jours avant sa sortie. Les auteurs décrivent ensuite le montage financier présumé passé entre Italiens et Russes. Un montage, qui, selon les auteurs, permettrait à la Ligue serait de recevoir au moins 250.000 dollars par mois.  

Des soupçons sur la campagne pro-Brexit

Plus loin dans le temps, des soupçons d'ingérence russe ont également pesés sur la campagne pro-Brexit au Royaume-Uni. Selon la commission des médias de la Chambre des communes, Arron Banks, patron d'une compagnie d'assurance qui a donné 9,4 millions d'euros à la campagne pro-Brexit menée par le leader d'extrême droite Nigel Farage, n'a pas été clair sur ses rencontres à l'ambassade de Russie à Londres, ni sur l'origine de ses fonds. Arron Banks aurait également utilisé les données-clients de sa compagnie d'assurance pour cibler la propagande de "Leave.UE" (campagne pro-Brexit). Il est aussi soupçonné d'avoir servi d'intermédiaire pour des généreux donateurs étrangers désireux de soutenir les partisans du Brexit. Ces ingérences, si elles étaient confirmées, pourraient remettre complètement en cause le référendum de 2016, voire l'invalider.

Sur le même sujet

Et aussi

Lire et commenter