Commerce Extérieur : maroquin cherche ministre désespérément...

Commerce Extérieur : maroquin cherche ministre désespérément...

DirectLCI
OUPS - Le flou persiste jeudi sur le portefeuille du Commerce extérieur, faute de clarification du ministre des Finances comme du porte-parole du gouvernement. Un premier "couac" au sein de la nouvelle équipe gouvernementale.

"Je ne confirme aucune information. La liste des secrétaires d'Etat sera connue la semaine prochaine..." Pressentie pour obtenir le portefeuille du Commerce Extérieur, Fleur Pellerin est sortie de son silence mercredi soir sur Twitter. Sans pour autant couper court aux rumeurs. Et le flou persiste aujourd'hui : qui de Laurent Fabius ou d'Arnaud Montebourg va hériter de ce domaine dans le gouvernement de Manuel Valls ?

Piloté depuis l'été 2012 par Nicole Bricq, le Commerce extérieur s'est en effet retrouvé "oublié" de la liste des ministères officialisés mercredi matin. Et en attendant que la question de son rattachement soit tranchée – sans doute la semaine prochaine avec la nomination de secrétaires d'Etat -, le ministre des Affaires étrangères Laurent Fabius et celui de l'Economie Arnaud Montebourg revendiquent le maroquin. Celui-ci est un enjeu crucial : il a pour objectif d'éliminer d'ici à 2017 le déficit hors énergie, soit quelque 25 milliards d'euros, sur un déficit total de 61,2 milliards en 2013. Jusqu'à présent, le Commerce extérieur était de la compétence de Bercy. Un rattachement au Quai d'Orsay serait une première depuis 1958.

Lire aussi >> Royal, Fabius et les autres : tous les ministres passés au crible

"Le commerce extérieur, un enjeu"

Pour sa première sortie jeudi matin dans ses habits de porte-parole du gouvernement, Stéphane Le Foll a pris soin de ne pas se prendre les pieds dans le tapis : interrogé sur Europe 1, le ministre est resté évasif : "je ne veux pas commenter tout ça". Et d'ajouter : "La seule chose que je sais, c'est que le commerce extérieur c'est un enjeu. Je l'ai vu moi, pour ce qui me concerne, dans l'agro-alimentaire, c'est du domaine de l'international". Même tonalité chez Michel Sapin, interrogé au même moment sur France Inter, pour qui "le Quai d'Orsay doit être à l'offensive", tout en assurant que c'est "aussi la responsabilité au sein de Bercy".

L'imbroglio pourra-t-il être démêlé seulement la semaine prochaine ? La polémique embarrasse Matignon, qui se serait bien passé d'un tel couac pour ses premières heures. En attendant, la passation prévue entre Nicole Bricq et Arnaud Montebourg prévue jeudi matin, a été reportée.

Plus d'articles

Sur le même sujet