Commerces "non essentiels" : LR propose d'autoriser à y aller une fois par semaine

Même si les commerces dits non-essentiels doivent fermer durant ce confinement, ils peuvent toujours vendre leurs produits. Pour les aider, passez directement vos commandes sur leur site Internet.

ECONOMIE - Pour permettre la réouverture des commerces non-essentiels, les Républicains proposent de créer une nouvelle attestation permettant aux clients de s'y rendre une fois par semaine seulement, afin de limiter les flux.

Comment permettre aux commerces non-essentiels de rouvrir leurs portes ? Alors que les professionnels et l'opposition appellent le gouvernement à revoir sa position sur la fermeture des magasins de proximité jugés non essentiels, le groupe LR à l'Assemblée nationale formule une proposition. Lors d'une conférence de presse tenue ce mardi 3 octobre, son chef de file Damien Abad a avancé l'idée d'une attestation téléchargeable via l'application TousAntiCovid permettant aux clients de s'y rendre "une seule fois par semaine".

Toute l'info sur

Covid-19 : la France fait-elle les bons choix face au virus ?

Les dernières infos sur l'épidémie et les mesures sanitaires

Lire aussi

Cela permettrait de la "régulation" et du "contrôle", pour "maîtriser les flux de population", selon le député de l'Ain. "Le sujet n'est pas les règles sanitaires, elles sont respectées. Le sujet, c'est comment je maîtrise les flux de population", a-t-il estimé. Cette attestation hebdomadaire servirait à faire ses courses dans "tous les commerces non essentiels comme les librairies, les fleuristes, les magasins de jouets". Elle permettrait de se rendre dans plusieurs magasins le même jour, mais durant une durée totale limitée, a suggéré Damien Abad.

Il a également estimé qu'il fallait soumettre cette réouverture des commerces à une "autorisation des préfets comme on l'a fait pour les marchés alimentaires". "Car ce n'est pas la même chose d'ouvrir un commerce en centre-ville à Paris ou dans un village de 500 habitants."

Alors que beaucoup regrettent que les retombées profitent à des géants du web comme Amazon, les députés PCF voudraient taxer les grandes surfaces et les plateformes. La députée PS du Puy-de-Dôme, Christine Pirès-Beaune souhaite elle demander "une contribution exceptionnelle à Amazon, par exemple, qui viendrait alimenter le fonds de solidarité pour les petits commerçants".

Sur le même sujet

Les articles les plus lus

EN DIRECT - Covid-19 : plus de deux millions de morts dans le monde depuis le début de la pandémie

Covid-19 : Frédéric Mitterrand hospitalisé en urgence à Paris

Impôts : faites-vous partie des bénéficiaires de l'acompte versé ce vendredi ?

Vaccination : c'est parti pour la prise de rendez-vous en ligne sur le site Sante.fr

Les alertes neige sont levées, un département en vigilance crues

Lire et commenter