COMMUNES : LE BIG BANG FISCAL ? - Posez toutes vos questions à Bénédicte Le Chatelier et ses invités

COMMUNES : LE BIG BANG FISCAL ? - Posez toutes vos questions à Bénédicte Le Chatelier et ses invités

Politique
DirectLCI
POLITIQUE - Ce soir, comme tous les soirs, dans "24 heures en questions", vous avez la possibilité de poser toutes vos questions à Bénédicte Le Chatelier et ses invités sur le thème du jour : Macron face aux communes. Ils vous répondent dès 18h10.

Deux mois après son élection, Emmanuel Macron poursuit son agenda avec un épineux sujet, celui des communes. Présent au Sénat hier, en compagnie du Premier Ministre Édouard Philippe, il a tenu la première Conférence Nationale des Territoires, destinée à rassurer les maires. Et la tâche s’annonce complexe. Premièrement, la suppression de la taxe d’habitation pour 80% des ménages va durement impacter les élus locaux, déjà pressés par le ministre des Finances Gérald Darmanin de réaliser 13 milliards d’euros d’économies d’ici 2020, contre 10 milliards initialement. De plus, les élus sont appelés à faire plus avec moins, Emmanuel Macron ayant annoncé la « modernisation de la fonction publique territoriale », et la réduction du nombre d’élus et de fonctionnaires (450 000 au total). Pour séduire des maires inquiets, le président a donc présenté une série de mesures. Très demandée par les communes rurales désireuses d’améliorer leur attractivité, la couverture en haut et en très haut débit sera accélérée et complétée d’ici 2020, au lieu de 2022, par le biais de « mesures d’incitations et de contraintes à l’égard des opérateurs de téléphonie ». Enfin, le président promet une « refonte de la fiscalité locale » afin d’envisager des mesures de substitution de la taxe d’habitation. Cependant, la majorité des élus est plutôt réticente à ces changements. Et pour cause, depuis la « vague bleue » de 2014, les Républicains sont à la tête de la majorité des communes, mais aussi du Sénat, les maires formant la plus grand part des « grands électeurs » qui élisent les sénateurs. Les Républicains peuvent donc être tentés de faire du Sénat leur lieu de résistance, d’autant plus que la moitié des sénateurs seront renouvelés en septembre prochain. Gérard Larcher, président LR du Sénat, très apprécié par les élus locaux, a averti hier : « les élus locaux ne sont pas des pions qu’on bouge au gré des humeurs du jour : ce sont des pièces maîtresses du développement territorial de notre pays et les vigies de notre République ». Alors, les communes pourront-elles maintenir la qualité de leurs services publics tout en respectant les baisses de dépenses ? La suppression de la taxe d’habitation pour 80% des ménages est-elle opportune ? Le sujet de la fracture numérique suffira-t-il à rassurer les élus ?

Les invités :


Wilfried SCHWARTZ - Maire PS et représentant de l'Association des Maires de France


Stanislas BOUTMY  - Responsable d’investissement chez ACOFI

                                               

Guillaume Guichard - Journaliste au Figaro 


Irène INCHAUSPÉ - Journaliste à L’Opinion 

Sur le même sujet

Plus d'articles

Lire et commenter