Conférence de presse : 5 questions qui fâcheraient François Hollande

Politique

ELYSEE - François Hollande tiendra jeudi après-midi la quatrième conférence de presse depuis le début de son quinquennat. Puisque dans le meilleur des cas, une seule question est autorisée par rédaction, metronews s'en autorise ici cinq.

Pourquoi ne démissionnez-vous pas ?
Les sondages, même au plus bas (13% de popularité selon Ipsos-Le Point lundi), ne remplacent pas une élection. Néanmoins, l'idée d'une démission à mi-mandat n'est pas qu'une lubie de l'opposition : elle avait été évoquée, en 2006, par un certain... François Hollande. Dans un livre d'entretiens intitulé Devoirs de vérité, celui qui était alors premier secrétaire du PS préconisait, en des termes assez flous, "un exercice de vérification démocratique au milieu de la législature" : "Si d'aventure, à l'occasion de cette vérification, une crise profonde se produisait, ou des élections législatives intervenaient, contredisant l'élection présidentielle, nous en tirerions toutes les conséquences en quittant la présidence." Le temps est venu d'éclaircir ce concept.

Êtes-vous social-libéral ?
Lors de sa dernière conférence de presse, le 14 janvier , François Hollande avait fait son coming-out social-démocrate. Brandissant pour preuve la "démarche de compromis" avec le patronat de son pacte de responsabilité : baisses des charges contre embauches. Sauf que devant le Medef, fin août, le social-libéral Manuel Valls a à peine évoqué ces contreparties, après avoir lancé son fameux "J'aime l'entreprise !" Y aura-t-il d'autres étapes au coming-out ?

Finalement, qui aimez-vous le moins : les riches ou les "sans-dents" ?
En 2006, François Hollande avait lâché sur un plateau télévisé cette petite bombe : "Je n'aime pas les riches". Huit ans plus tard, son ex-compagne Valérie Trierweiler vient d'envoyer ce scud : "En réalité, il n'aime pas les pauvres", qu'il surnommerait même "les sans-dents" . Pour déminer le terrain avant la conférence de presse, le chef de l'Etat a déjà répondu à l'attaque : "Je n’ai jamais été du côté des puissants, même si je ne suis pas leur ennemi". Mais son image personnelle est abîmée.

Et vous, vous vous y retrouvez dans les impôts ?
Depuis 2012, la politique fiscale n'a cessé d’osciller entre hausses et réductions, efforts et "gestes". Le gouvernement a encore ajouté à la confusion mercredi en annonçant une possible suppression de la première tranche de l'impôt sur le revenu. "Je mets au défi quiconque de comprendre ce qui va concrètement être mis en œuvre", a réagi Vincent Drezet, secrétaire général du principal syndicat des agents du fisc. Le chef de l'Etat pourrait relever le gant.

Nicolas Sarkozy vous a-t-il manqué ?
C'est annoncé pour ce week-end : le retour dans l'arène du prédécesseur de François Hollande à l'Elysée. A priori, pas forcément de quoi réjouir son ancien adversaire. Mais selon le secrétaire d'Etat Jean-Marie Le Guen, cela pourrait s'avérer être une aubaine : la gauche ne sera plus "seule sur le ring". Et François Hollande pourrait s'en trouver galvanisé.

Sur le même sujet

Et aussi

Lire et commenter