Conférence de presse de François Hollande : la riposte tranquille

Conférence de presse de François Hollande : la riposte tranquille

Politique
DirectLCI
ELYSEE - Pour sa quatrième conférence de presse depuis le début de son quinquennat, François Hollande a affiché jeudi une sérénité à toute épreuve. Retour sur ce qu'il faut retenir de ce rendez-vous.

Comment se comporter en pleine tempête ? Il y a la manière offensive, adoptée par Manuel Valls mardi à l'Assemblée. L'annonce choc peut aider mais le Président avait déjà abattu cet atout en janvier, avec le pacte de responsabilité. Face à l'adversité, d'autres s'en prenaient aux médias. Rien de tout cela jeudi. Pour sa quatrième conférence de presse depuis 2012, celle de sa mi-mandat, François Hollande a fait du pur François Hollande : il a joué la carte confiance.

Histoire de se placer d'emblée au-dessus de la mêlée intérieure, le chef de l'Etat démarre par les sujets internationaux. Limitant à ce domaine les quelques annonces du jour. En Irak : "Ce matin, j'ai réuni un conseil de Défense pour accorder un soutien aérien". En Afrique : "Je viens de décider d'installer un hôpital militaire en Guinée" pour aider à la lutte contre le virus Ebola. A l'Est, rien de nouveau mais une confirmation : il n'y aura pas de livraison de Mistral à Moscou tant que le cessez-le-feu en Ukraine n'est pas respecté.

"Je ne me mets pas à l'abri"

Mais François Hollande sait que ses soucis ne se trouvent pas là-bas : il sont en France. Passant aux questions qui fâchent , le Président entreprend donc de les désamorcer une par une. La mauvaise situation économique ? "Les résultats tardent à venir, je le sais, je le vois, ils viendront", assure-t-il, ajoutant comme pour lui-même : "Je l'espère, avant 2017". Quoi qu'il en soit, promet-il, il n'y aura plus de hausses de l'impôt sur le revenu, ni de la TVA. Sur l'idée, suggérée par lui-même dans un livre en 2006, d'une "vérification démocratique au milieu de la législature" : "Je considère que cette vérification a été faite. S'il n'y avait pas eu la confiance ( mardi à l'Assemblée , ndlr), alors le peuple aurait été appelé à renouveler l'Assemblée nationale."

Quand vient le "moment Trierweiler", François Hollande liquide sans bavure. Profitant que la journaliste ayant abordé le sujet avait ravi le micro à un confrère, il renvoie dans les cordes ses manières et sa question. Le retour annoncé de Nicolas Sarkozy , lui, est évacué d'une flèche : "Il ne m'appartient pas, comme Président de la République, de commenter les éventuelles déclarations de candidatures à la présidence d'un parti." Enfin, à une journaliste lui demandant pourquoi il n'avait pas de parapluie lors de son déplacement à l'île de Sein, qui s'était soldé par une image désastreuse  : "Je ne me mets pas à l'abri." On peut lui reconnaître cela. Reste à démontrer que la sérénité affichée tout au long de ces deux heures peut être contagieuse. Jusqu'ici, François Hollande n'a jamais gagné ce pari.

Sur le même sujet

Plus d'articles

Lire et commenter