Macron présente aux élus sa réforme de la taxe d’habitation : "Nous nous sommes déjà beaucoup serré la ceinture", critique Baroin

DirectLCI
OPPOSITION – Alors que le président Macron s'exprime ce lundi devant les élus des collectivités locales afin de leur présenter la réforme de la taxe d’habitation, François Baroin, prône davantage de modernisation.

La suppression de la taxe d’habitation est un sujet qui fâche et qui inquiète. Le président de la République, qui reçoit ce lundi les associations d’élus au Sénat lors de la première Conférence nationale des territoires (CNT), sait qu’il va devoir trouver les mots justes pour convaincre les élus locaux. Dans une interview au Parisien, François Baroin, le président de l’Association des maires de France Les Républicains (LR) se fait le porte-voix de ces craintes, et propose des alternatives à la suppression de la taxe d’habitation. 


Car si l’homme de droite salue la volonté de créer un pacte entre l’Etat et les collectivités, conformément aux revendications des maires de France, il dit maintenant attendre des clarifications, "notamment sur la situation budgétaire". Et dans son viseur se trouve la suppression de la taxe d’habitation pour 80% des contribuables, qui doit être mise en place entre 2018 et 2020. "Je reste fermement contre cette mesure car la taxe d’habitation, c’est d’abord un lien direct entre la collectivité et ses habitants (…), cela permet de créer une politique de proximité", explique-t-il à nos confrères du Parisien

Deux propositions pour "moderniser" l'impôt

Avec cette réforme, il considère qu’Emmanuel Macron prend "un risque constitutionnel". "Car à mes yeux, cela remet clairement en cause la libre administration des communes et des intercommunalités qui ne dépendraient quasiment plus que du système de dotation de l’Etat", poursuit-il. Mais plutôt que de supprimer cet impôt "inéquitable entre les citoyens et entre les territoires", il suggère de le moderniser. Le maire de Troyes va ainsi présenter un moratoire sur la fermeture des services publics en milieu rural et la création d’une agence nationale des territoires en dehors des métropoles. 


"Sur les trois dernières années, les collectivités locales ont réalisé 34 % d’économies à l’échelle de toutes les dépenses nationales, alors que 80 % de la dette est de la responsabilité de l’Etat. Nous nous sommes donc déjà beaucoup serré la ceinture", rappelle François Baroin, avant de lancer : "Là, je dis que trop, c’est trop !"

Plus d'articles

Sur le même sujet