"Conférences citoyennes" du Grand débat : l'Etat va peut être vous appeler par téléphone, voici comment

Politique
DÉMOCRATIE PARTICIPATIVE - Les "conférences citoyennes" qui seront mises en place à la fin du Grand débat, mi-mars, feront appel à des citoyens tirés au sort depuis les listes téléphoniques, et non pas les listes électorales.

Des "conférences citoyennes régionales qui permettront à une centaine de Français, tirés au sort dans chaque région, à la fin du processus du débat, de pouvoir donner leur avis sur ce qu'ils ont entendu". Voilà comment le Premier ministre Edouard Philippe avait présenté ces assemblées au début du mois de janvier. Ce jeudi, la secrétaire d'Etat chargée d'animer le Grand débat national Emmanuelle Wargon a annoncé que les citoyens qui composeront ces conférences seraient désignés depuis les listes téléphoniques.

"On a regardé avec les 'garants', avantages et inconvénients de plusieurs méthodes, et les 'garants' nous suggèrent de ne pas prendre les listes électorales, mais de prendre les numéros de téléphone : nous allons respecter leurs propositions" a expliqué Emmanuelle Wargon sur RTL.

Un robot composera les numéros au hasard

Concrètement, un robot composera au hasard des numéros de téléphone de manière automatique, que ces numéros existent ou non. "Si un personne répond, il lui sera demandé de se présenter et si elle souhaite participer", indique au Parisien l'entourage d'Emmanuel Wargon. Avantage : cette méthode totalement basée sur des numéros aléatoires éviterait d'exclure les personnes sur liste rouge. De même, si le tirage au sort avait eu lieu sur les listes électorales, plusieurs millions de Français non inscrits auraient été exclus. 



 "Ces conférences citoyennes, elles auront bien lieu, dans chaque région en métropole et en outre-mer, et on en fera une transversale uniquement avec des jeunes" a-t-elle ajouté.

Des conférences convoquées "la deuxième quinzaine de mars"

Ces conférences sont prévues pour la "deuxième quinzaine de mars" et les citoyens tirés au sort seront invités à "participer à une conférence régionale du vendredi, fin de journée, au samedi, fin de journée, pour réfléchir aux propositions et permettre d'avancer".


Emmanuelle Wargon a également annoncé que la Bibliothèque nationale de France avait été sollicitée pour "nous aider à savoir comment numériser, traiter" et "archiver" l'ensemble des contributions recueillies sur les cahiers de doléances ouverts dans les mairies.

Vous aussi, débattez sur Make.org

Tout au long de l’expérience inédite lancée par Emmanuel Macron sous la forme d’un Grand débat national à travers tout le territoire, LCI vous propose de participer sur notre site à cette expérience inédite en France. Dans tous les articles publiés traitant du Grand débat national, vous aurez accès à une plateforme participative créée par notre partenaire Make.org, acteur majeur - et indépendant - de la Civictech hexagonale. Sur celle-ci, de manière fluide et intuitive, vous pourrez vous prononcer sur les idées déjà proposées ou, mieux, formaliser vos propres envies pour voir s’améliorer la situation du pays.

Tout savoir sur

Tout savoir sur

Grand débat national

Sur le même sujet

Plus d'articles

Lire et commenter