Manuel Valls se détache un peu plus de François Hollande

RUPTURE - Selon le "Canard Enchaîné", Manuel Valls s'indigne toujours des confidences faites par François Hollande dans le livre "Un président ne devrait pas dire ça" et évoque "un manque de respect". Interrogé sur le sujet sur France Inter ce mercredi matin, le Premier ministre n'a d'ailleurs pas encouragé sa candidature pour 2017.

Manuel Valls ne décolère pas. S’il avait jugé les confidences faites par le président aux journalistes Fabrice Lhomme et Gérard Davet d’"irresponsables" et d’"indéfendables", le Premier ministre en a remis une couche cette semaine. Alors que François Hollande lui aurait, selon le Canard Enchaîné (dans son édition du 26 octobre), conjuré de ne "pas se laisser perturber par les polémiques", Manuel Valls semble ne pas se remettre de la publication du livre Un président ne devrait pas dire tout ça. "Il y a toutes les deux pages du livre, un truc qui est une bombe", a déploré le Premier ministre, cité par l’hebdomadaire, auprès de ses proches. "Tout ce qu’il dit sur ses ministres comme sur les sportifs, les magistrats, en fait tout le monde, est problème". 

L'émancipation du Premier ministre

Selon lui, révéler le verbatim d’entretiens avec des chefs d’Etat, comme Poutine ou Tsipras, est une grave erreur. "Il y a une rupture de confiance avec le Président", a martelé Manuel Valls. "Comment faire confiance à quelqu’un que vous connaissez depuis longtemps, avec qui vous travaillez quotidiennement, et qui fait écouter vos conversations aux journalistes ?" a-t-il interrogé. Pour lui, le président lui a manqué de respect. 


En outre, le fidèle Manuel Valls s’estime trahi. Si la gauche était déjà mal en point, force est de constater que cet épisode n’aura rien de flatteur lors de la présidentielle. Et ce, même si Manuel Valls cherche à se "déscotcher" du Président pour sauver son honneur, ainsi que celui du PS, estimant selon le Canard Enchaîné (dans son édition du 19 octobre) que Hollande n’a plus aucune chance. 

Valls n'encourage plus la candidature de Hollande

Interrogé ce mercredi matin sur le sujet au micro de France Inter, Manuel Valls a admis que s’il avait quelque chose à dire au Président, il ne "le ferait pas à l’antenne mais directement" auprès de lui, dans "le respect de la confidence et du secret". Et vlan ! Et s’il prône une loyauté à toute épreuve vis-à-vis de la gauche et de la France, le chef de la majorité n’a pas encouragé la candidature de François Hollande, estimant que "cette décision lui revenait". Changement de ton donc, puisqu’en janvier dernier, le Premier ministre avait assuré sur le plateau de On n’est pas couché que "le candidat naturel pour 2017, était le président de la République sortant". 

En vidéo

Présidentielle : Valls convaincu "contre tous les pronostics" que la gauche a ses chances

VIDÉO - François Hollande et Manuel Valls se répondent à distance

En vidéo

François Hollande et Manuel Valls se répondent à distance

Tout savoir sur

Tout savoir sur

Les confidences de François Hollande

Plus d'articles

Sur le même sujet

Lire et commenter