Obligation du port du masque : des maires l'imposent, Castaner s'y oppose

Obligation du port du masque : des maires l'imposent, Castaner s'y oppose
Politique

PASSE D'ARMES - Alors que de nombreux maires s’attellent à équiper leurs habitants de masques en raison de l'épidémie de Covid-19, le ministre de l'Intérieur Christophe Castaner leur a demandé de retirer leurs arrêtés, ne jugeant pas nécessaire pour le moment d'imposer le port du masque.

Depuis plusieurs semaines, la question du port obligatoire du masque pour les Français est sur toutes les lèvres. Ainsi, certaines municipalités n'ont pas attendu les directives du gouvernement pour agir. Le maire de Sceaux, dans les Hauts-de-Seine, a ainsi appliqué le port obligatoire de protections au visage à partir de mercredi. Un arrêté suspendu ce jeudi par le tribunal administratif de Cergy-Pontoise. Même chose à Royan (Charente-Maritime), dont l'arrêté municipal a néanmoins été enterré, le maire de la ville ayant, selon la préfecture, outrepassé son pouvoir de police.

A Nice, Christian Estrosi a annoncé la distribution massive de masques "lavables et réutilisables pendant un mois" aux habitants "d'ici 8 à 10 jours". Le port du masque est également envisagé à Cannes, où le maire David Lisnard a indiqué que chaque Cannois devrait être doté d’un "masque en tissu". Dans tout le pays, les différentes mairies cherchent des bonnes volontés pour coudre le plus de masques possibles afin de doter les habitants d'une protection lavable et réutilisable avec la campagne "Appel aux couturières et couturiers".

Lire aussi

Ce n'est pas cohérent par rapport à l'exigence qu'implique le confinement parce que ça peut laisser penser qu'on peut sortir.- Christophe Castaner, ministre de l'Intérieur.

Face à ces initiatives, le ministre de l'Intérieur Christophe Castaner a haussé le ton ce jeudi, lors de son audition par la mission d'information de l'Assemblée nationale sur l'épidémie de coronavirus. "Sur les arrêtés de communes qui prévoient le port du masque obligatoire, (...) j'ai demandé aux préfets de prendre langue avec ces maires pour qu'ils retirent leurs arrêtés pendant toute la période du confinement", a-t-il indiqué.

Avant d'ajouter : "C'est à la fois pas cohérent par rapport à l'exigence qu'implique le confinement parce que ça peut laisser penser qu'on peut sortir. (...) Et c'est aussi un sujet d'égalité territoriale parce que certaines communes peuvent avoir les moyens d'équiper l'ensemble de leur population en masque, quand d'autres ne l'auraient pas."

Lire aussi

Le maire de Sceaux et secrétaire général de l'Association des maires de France Philippe Laurent, qui a donc mis en place le port obligatoire des masques dans sa ville, a semblé dubitatif face aux propos de M. Castaner. "Monsieur le Ministre, en votre âme et conscience, pensez-vous vraiment ce que vous avez déclaré ?", a-t-il écrit sur Twitter, où il arbore un masque rayé sur sa photo de profil.

Toute l'info sur

Coronavirus : la pandémie qui bouleverse la planète

Des pays sont-ils aujourd'hui confrontés à une deuxième vague de l'épidémie ?La progression du Covid-19 dans le monde

De son côté, la porte-parole du gouvernement, Sibeth Ndiaye, a indiqué sur France Info que l'exécutif prendra la décision "pour l'éventuelle extension du port du masque dans toute la population dès lors que nous pourrons la bâtir sur un consensus scientifique, un rationnel scientifique et sanitaire". "Il n'y a pas aujourd'hui de consensus scientifique en la matière. Alors que nous réfléchissons aux stratégies que nous mettrons en oeuvre lorsqu'il faudra lever le confinement, cela fait partie des options que nous examinons", a-t-elle expliqué.

Sur le même sujet

Et aussi

Lire et commenter

Alertes

Recevez les alertes infos pour les sujets qui vous intéressent