Avec 6% de PIB en moins au premier trimestre, la France entre officiellement en récession

Avec 6% de PIB en moins au premier trimestre, la France entre officiellement en récession
Politique

ECONOMIE - La Banque de France a estimé mercredi 8 avril que le PIB avait chuté de 6% au premier trimestre, du fait du confinement. Il s'était déjà contracté de 0,1% au dernier trimestre 2019.

Bruno Le Maire avait prévenu, devant la commission des affaires économiques du Sénat : la France allait traverser sa pire période de récession depuis 1945. Une annonce confirmée par la Banque de France, mercredi 8 avril, dans une estimation publiée en début de journée. Le produit intérieur brut français, qui mesure l'ensemble des richesses créées sur le territoire, a chuté de 6% au premier trimestre 2020. Il s'agit de la plus forte diminution trimestrielle de l'activité économique de l'économie française depuis la fin de la Seconde Guerre mondiale.

Sans surprise, la quasi cessation d'activité observée depuis le 16 mars et le début du confinement décidé pour lutter contre le Covid-19, produit ses premiers effets statistiques. La Banque de France indique ainsi dans sa note que l'activité économique s'est rétrécie d'un tiers sur la dernière moitié de mars, chiffre tiré d'une enquête menée auprès de 8500 entreprises, principalement issues de la construction, du commerce, des transports, de l'hébergement et de la restauration. Sans surprise, les industries pharmaceutique et agro-alimentaire sont celles qui résistent le mieux, avec le maintien respectif de 79% et 71% de l'activité dans ces deux domaines. L'automobile (41%) et la métallurgie (46%) ne peuvent pas en dire autant.

Lire aussi

1,5% de diminution par quinzaine de confinement ?

Toute l'info sur

Coronavirus : l'impact économique de la pandémie

"Un grand écran, une chaise et une imprimante" pour faire le bonheur des salariés en télétravail ?"Travailler plus" ou "32 heures" pour relancer l'économie : deux mondes et deux visions s’affrontent

Pour appuyer sa démonstration, la Banque de France a rappelé qu'il fallait "remonter au 2e trimestre 1968, marqué par les événements du mois de mai, pour retrouver une baisse trimestrielle" du même ordre. Et encore, après le vaste chaos dans lequel s'était alors trouvé le pays, la baisse d'activité n'avait chuté que de 5,3%. En tout cas, l'activité s'étant contracté de 0,1% au dernier trimestre 2019, la France se trouve donc officiellement en récession, puisqu'il faut observer deux trimestres successifs de diminution de l'activité pour arriver à cette situation.

D'ores et déjà, la Banque de France estime que chaque quinzaine de confinement pourrait entraîner un recul de 1,5% du PIB sur un an. Une estimation que l'institution ne veut pas "extrapoler abusivement", dans l'idée que l'intensité du confinement pourrait varier en fonction de sa longueur, qui devrait certainement dépasser le 15 avril. En tout état de cause, chacun convient que cette période laissera des traces dans l'économie française.

Sur le même sujet

Et aussi

Lire et commenter

Alertes

Recevez les alertes infos pour les sujets qui vous intéressent