Confinement : Castex s'exprime aujourd'hui, le scénario du statu quo le plus probable

Confinement : Castex s'exprime aujourd'hui, le scénario du statu quo le plus probable

POINT D'ÉTAPE - Le Premier ministre Jean Castex s'exprime ce jeudi, deux semaines après le retour du confinement. Un point sera fait sur la situation sanitaire et le respect des mesures contraignantes, mais il ne devrait pas déboucher sur l'annonce de nouvelles mesures.

L'heure du premier point d'étape est arrivée. Le président de la République avait prévenu lors de son allocution le 28 octobre dernier : "Tous les 15 jours, nous ferons le point sur l’évolution de l’épidémie, nous déciderons le cas échéant de mesures complémentaires et nous évaluerons alors si nous pouvons alléger certaines contraintes". Ce jeudi, deux semaines après le début du reconfinement, le Premier ministre va donc se charger de faire un premier bilan lors d'une conférence de presse.

Toute l'info sur

La France fait-elle les bons choix face au virus ?

Les dernières informations sur l'épidémie et le déconfinement

Lire aussi

D'ici-là, le gouvernement consulte et se réunit. Ce mardi, Jean Castex avait réuni ses ministres en visioconférence pour débattre des pistes envisagées, chacun défendant ses pistes pour faire évoluer le confinement ou les protocoles sanitaires. Ce jeudi matin, jour du point presse, ils se retrouveront à nouveau autour du chef de l'Etat pour un Conseil de défense et de sécurité dédié à la crise épidémique. C'est là que seront validées les décisions annoncées en fin de journée par Jean Castex.

Vers un statu quo

Selon le porte-parole du gouvernement il est encore "très tôt pour proposer un assouplissement des règles" du confinement, l'épidémie restant encore "très grave""Il faut être clair et transparent : aujourd'hui il semble très tôt pour proposer un assouplissement des règles qui ont été fixées", a-t-il déclaré ce mardi à l'issue du Conseil des ministres. Ainsi, des trois scenarii sur la table - le statu quo, un renforcement ou un assouplissement des mesures - le premier semble le plus probable. "Ce n'est certainement pas le moment de desserrer la bride", dit encore le Premier ministre dans des propos rapportés par Le Monde.

Auprès de LCI, ses conseillers appuient : "Les chiffres [de l'évolution épidémiologique] ne sont pas clairement pas significatifs pour prendre une décision, dans un sens ou dans un autre".

Malgré la pression exercée, les commerces essentiels ne devraient donc pas être autorisés à rouvrir. "On ne s'oriente pas du tout vers un desserrage pour les commerces", a indiqué un conseiller de l'exécutif à l'AFP. "C'est un peu tôt. Il y a des premiers indicateurs qui ont été évoqués par Olivier Véran mais la baisse n'est pas suffisamment forte et on n'a pas suffisamment de recul pour savoir si ce n'est que conjoncturel ou tendanciel." Y compris, donc, pour l'ouverture le dimanche, une piste évoquée par Bruno Le Maire en signe de soutien aux petits commerçants. Le gouvernement pourrait en revanche laisser entrevoir une porte de sortie pour le 1er décembre, à condition de travailler d'ici là sur un protocole sanitaire strict et renforcé (prises de rendez-vous, nombre de clients par magasin limité...).

Quid de l'ouverture des collèges et des lycées ?

Ce jeudi, le Premier ministre pourrait être accompagné du ministre de l'Education nationale Jean-Michel Blanquer, attendu au tournant par les professeurs, en grève ce mardi, sur les protocoles sanitaires dans les établissements scolaires. Un temps envisagée, la fermeture complète des lycées a finalement été écartée. Mais au-delà de ces derniers, l'exécutif consentira-t-il à autoriser la constitution de demi-groupes dans les collèges ? Là encore, cela restera à la discrétion du Conseil de défense.

Toujours à l'AFP, un conseiller de l'exécutif a indiqué que ce point presse serait avant tout "pédagogique" : à travers un point sur la situation épidémiologique, mais aussi de l'application des mesures comme le télétravail, Jean Castex devrait indiquer aux Français que leurs efforts portent leurs fruits, mais qu'il est trop tôt pour les relâcher. Et leur laisser entrevoir des perspectives de sortie à moyen terme.

Sur le même sujet

Les articles les plus lus

Pneus hiver ou chaînes obligatoires : voici la liste des 48 départements concernés

EN DIRECT - Présidentielle 2022 : les idées du RN "sont celles de la majorité", selon Jordan Bardella

Aux États-Unis, le Covid a fait plus de morts que la grippe espagnole... et en France ?

"Personne ne pensait que ça atteindrait une telle ampleur" : La Palma touchée par une éruption sans fin

Le carburant des grandes surfaces est-il de moins bonne qualité ? Le 20H vous répond

Lire et commenter
LE SAVIEZ-VOUS ?

Logo LCI défend l'ambition d'une information gratuite, vérifiée et accessible à tous grace aux revenus de la publicité .

Pour nous aider à maintenir ce service gratuit vous pouvez "modifier votre choix" et accepter tous les cookies.