Confinement : l'attestation de sortie comportera "une nouvelle case" pour les déplacements scolaires

Confinement : l'attestation de sortie comportera "une nouvelle case" pour les déplacements scolaires

L’INTERVIEW DE LA MATINALE – Pour accompagner ou aller chercher son enfant à l’école au cours de ce nouveau confinement, il faudra cocher "une nouvelle case" sur l’attestation dérogatoire de sortie, a confirmé ce jeudi sur LCI le ministre délégué aux Transports, Jean-Baptiste Djebbari.

À compter de minuit, dans la nuit de jeudi à vendredi, la France va entrer dans son deuxième confinement, afin de tenter d’endiguer une vague de contaminations encore plus forte qu’au printemps. Mais, contrairement à mars, les écoles, collèges et lycées vont rester ouverts. Dès lors, les parents des plus jeunes devront sortir chaque matin et chaque soir pour accompagner ou aller chercher leurs enfants dans les établissements scolaires.

En cas de contrôle, il faudra donc pouvoir prouver que votre déplacement constitue "un motif impérieux". Pour cela, "une nouvelle case" dédiée à ces déplacements sera intégrée sur l’attestation dérogatoire de sortie, confirme ce jeudi sur LCI le ministre délégué aux Transports, Jean-Baptiste Djebbari. "Cela compte beaucoup pour les transports. Chaque matin, quatre millions d’élèves prennent les transports en commun", insiste le ministre. "Il y aura beaucoup de plus de personnes dans les transports en comparaison avec le premier confinement."

Toute l'info sur

La France fait-elle les bons choix face au virus ?

Les dernières informations sur l'épidémie et le déconfinement

"Pas un train ne sera supprimé d’ici dimanche"

Pourtant, les trains, bus ou encore métros vont diminuer leur fréquence au cours du mois à venir. À l’instar du premier confinement, "nous allons adapter l’offre de voyages", confirme Jean-Baptiste Djebbari. "Pendant le premier confinement, nous avions 1% des passagers dans les TGV. Nous en aurons plus, mais peut-être pas 15, 20 ou 30. Nous adapterons, il est rationnel de le faire ainsi."

Lire aussi

Toutefois, en cette fin de vacances scolaires, les transports en commun seront maintenus jusqu’à la fin du week-end. "Pas un train ne sera supprimé d’ici dimanche", assure le ministre. "L’ensemble des services de transports programmés jusqu’à ce week-end seront maintenus. Il faut permettre aux Français de revenir à où ils habitent." Si les gares et les aéroports devraient donc connaître un flux important de voyageurs ces prochaines heures, l’attestation sera, là aussi, nécessaire. "Des dispositifs de contrôle seront mis en place", prévient-il, ajoutant cependant qu’il "y aura beaucoup de pédagogie", mais "la souplesse ne vaut que jusqu’à dimanche."

"Pas un Noël similaire aux années précédentes"

Ce nouveau confinement ne constitue pas le retour de la règle des 100 kilomètres. Cette mesure, mise en place lors du déconfinement, imposait aux Français de ne pas se rendre dans une zone située au-delà de 100 kilomètres de leur domicile afin que le virus ne se propage pas partout sur le territoire. "Le principe est de ne se déplacer que pour les trajets essentiels, il n’y a donc pas de règle des 100 kilomètres", indique Jean-Baptiste Djebbari. "Nous verrons lors de la phase suivante, le déconfinement", si cette mesure pourra revoir le jour.

Enfin, si ce confinement durera a minima jusqu’au 1er décembre, comme l’a indiqué le président de la République Emmanuel Macron mercredi soir, "il ne faut pas croire que nous aurons un Noël similaire à ceux que nous avons vécus les années précédentes", prévient déjà le ministre délégué aux Transports. "Probablement que le virus circulera encore et qu’il faudra continuer à moins se réunir dans le cercle familial."

Sur le même sujet

Les articles les plus lus

EN DIRECT - Variant Omicron : un cas positif identifié sur l'île de la Réunion, le premier cas détecté en France

Variant Omicron : pourquoi l'OMS appelle-t-elle à ne pas fermer les frontières ?

Covid-19 : une étude confirme l'efficacité du rappel vaccinal pour contenir les hospitalisations de la 5e vague

Covid-19 : "Il est légitime de prendre des précautions" face au variant Omicron, explique le Pr Alain Fischer sur LCI

Joséphine Baker : quand un cercueil entre vide (ou presque) au Panthéon

Lire et commenter
LE SAVIEZ-VOUS ?

Logo LCI défend l'ambition d'une information gratuite, vérifiée et accessible à tous grace aux revenus de la publicité .

Pour nous aider à maintenir ce service gratuit vous pouvez "modifier votre choix" et accepter tous les cookies.