"La fermeture des écoles n’est en aucun cas un remède miracle", assure J.-M. Blanquer sur LCI

"La fermeture des écoles n’est en aucun cas un remède miracle", assure J.-M. Blanquer sur LCI

ÉDUCATION - Alors qu'une étude montre que les parents de collégiens et lycéens ont 30% de risque de plus d'être contaminés par le Covid-19, Jean-Michel Blanquer a défendu l'ouverture des établissements scolaires. "Assumer ce risque me paraît peu de choses par rapport à l’importance qu’un enfant ne se déscolarise pas", déclare-t-il sur LCI.

Réussir à maintenir les établissements scolaires ouverts est la fierté du gouvernement. Mais alors que les classes n'ont pas fermé depuis la rentrée de septembre et que le variant anglais menace, des scientifiques critiquent cette stratégie. Dans le Journal du Dimanche, le professeur Arnaud Fontanet, membre du Conseil scientifique, estime que "l'école est le talon d'Achille assumé du dispositif actuel" et que la question de leur fermeture "se pose". Il ajoute qu'"avoir un collégien ou un lycéen chez soi accroît de 30% le risque d'être infecté"

Toute l'info sur

Covid-19 : la France fait-elle les bons choix face au virus ?

Les dernières informations sur l'épidémie et le déconfinement

Interrogé sur ces propos ce dimanche sur LCI, le ministre de l'Education nationale Jean-Michel Blanquer a répondu : "L’avenir de nos enfants est la chose la plus importante qui soit." Il est revenu sur l'étude citée par Arnaud Fontanet, estimant que les parents d'élèves scolarisés en secondaire ont 27% plus de risque d'être infecté. "Quand vous avez une personne extérieure qui vient à la maison", par exemple une aide à domicile, "c’est la même incidence", a défendu le ministre, ajoutant qu'"il y a plus d’avantages à ce que les enfants aillent à l’école que d’inconvénient." "Assumer ce risque quand on est parent me paraît peu de choses par rapport à l’importance qu’un enfant ne se déscolarise pas."

Selon Jean-Michel Blanquer, "la fermeture des écoles n’est en aucun cas le remède miracle pour vaincre l’épidémie. En revanche, quand vous fermez les écoles vous êtes sûr de créer des dégâts pour le futur qui sont considérables."

Lire aussi

Le ministre de l'Education nationale est également revenu sur le taux d'incidence dans les écoles, qui oscille entre 0,35 et 0,5% chaque semaine. "C’est un chiffre que je qualifierais de raisonnable, en-dessous de ce qu’on trouve dans la population générale", a-t-il indiqué. "Ca nous montre que dans la population en milieu scolaire, il y a moins de contaminations qu’en milieu général", a-t-il ajouté, précisant qu'actuellement 2000 classes étaient fermées, un chiffre "en légère hausse d’une semaine sur l’autre". Comment l'explique-t-il ? "A chaque fois qu’on a eu des vacances, dans deux semaines qui suivent on a eu une hausse. On peut l’attribuer au fait qu’on se contamine davantage en vacances que dans le milieu scolaire."

La politique vous intéresse ? Découvrez la version podcast de l'Interview Politique de Jean-Michel Aphatie

Écoutez ce podcast sur votre plateforme d'écoute préférée !

Chaque matin Jean-Michel Aphatie reçoit des invités politiques de premiers plans pour les interroger sur des questions d’actualité. 

Sur le même sujet

Les articles les plus lus

Retour à l'école, fin des 10 km, ouverture des terrasses... les dates à connaître pour les prochaines semaines

EN DIRECT - Déplacement, écoles, vaccination, couvre-feu... ce qu'il faut retenir des annonces de Jean Castex

"On sera à 600 morts par jour d'ici quelques semaines" : le cri d'alerte du Pr Jean-François Timsit

Rentrée scolaire, frontières, vaccination... de quoi parlera Jean Castex ce jeudi ?

Peut-on circuler sans limite ce week-end de retour de vacances ? Le 20H vous répond

Lire et commenter