Confinement : le décrochage scolaire serait passé de 10 à 4%, selon Blanquer

Confinement  : le décrochage scolaire serait passé de 10 à 4%, selon Blanquer
Politique

EDUCATION - L'école à distance mise en place lors du confinement a provoqué le décrochage scolaire des élèves les plus fragiles et les plus précaires. Auditionné mercredi 6 mai à l'Assemblée nationale, le ministre de l'Education a fait le point sur ces enfants "en dehors des radars". Jean-Michel Blanquer a par ailleurs insisté sur "l'objectif social" de la réouverture des écoles le 11 mai.

Certains élèves sont plus affectés que d'autres par les mesures de confinement. Jean-Michel Blanquer a fait le point mercredi face aux députés, dans le cadre de la mission d'information chargée du suivi de la gestion de la crise sanitaire par le gouvernement. Le ministre de l'Education nationale a souligné le fait que la proportion d'enfants décrocheurs avait réduit depuis le début du confinement.

"Au début du confinement, les enquêtes montraient qu'il y avait 8 à 10% en dehors des radars. Semaine après semaine, nous avons réduit ce chiffre à 4% en moyenne", a affirmé le ministre de l'Éducation nationale au Palais-Bourbon.

"Objectif social"

Alors que la décision de déconfiner les écoles primaires le 11 mai fait l'objet de vifs débats de nombreuses pétitions, Jean-Michel Blanquer a répondu aux critiques, invoquant un "objectif social". 

"C'est pour cela qu'on commence par l'école primaire. Le primaire était une priorité hors crise, c'est une priorité en crise. Il n'y a pas plus grave que le décrochage en primaire, car les choses ne sont pas rattrapables par la suite. Tous les enjeux de violences intrafamiliales, de problèmes psy, sont encore plus forts pour les jeunes enfants", a-t-il défendu.

Sur le même sujet

Et aussi

Lire et commenter

Alertes

Recevez les alertes infos pour les sujets qui vous intéressent