Congé de deuil parental : la majorité a "manqué de discernement", estime Damien Abad

Congé de deuil parental : la majorité a "manqué de discernement", estime Damien Abad
Politique

Toute L'info sur

L'interview Politique

INTERVIEW - Le président du groupe Les Républicains à l'Assemblée nationale, était l’invité ce mercredi matin d’Elizabeth Martichoux sur LCI. Damien Abad s'est exprimé notamment sur le congé de deuil d'un enfant, l'affaire Mila et les élections municipales.

Interrogé sur le congé de deuil pour enfant qui a entraîné une impression de cafouillage au sein de la majorité, Damien Abad voit cela comme "une déconnexion des réalités". Il dénonce "un manque de discernement de la part des députés et des membres du gouvernement, une déconnexion par rapport à une réalité d'une souffrance absolue." 

Damien Abad constate que "la politique est devenue un monstre froid et que la majorité est passée à côté de ce sujet. Tant mieux pour la correction, une erreur avouée est à moitié pardonnée."

Suspension des élus LR qui soutiendraient Edouard Philippe au Havre

Pour Damien Abad la position des Républicains est très claire concernant la candidature d'Edouard Philippe au Havre. Les membres du parti qui seraient sur la liste du Premier ministre seront suspendus. "Nous ne soutiendrons pas cette liste car elle ne correspond pas à nos convictions." 

En revanche, les Républicains marchent toujours sur des œufs concernant une potentielle candidature LR face à Edouard Philippe. "Pour le moment les choses, ne sont pas arrêtées." 

Affaire Mila : "Je souhaite la liberté d'expression la plus totale"

Si, pour Damien Abad, il faut condamner en premier lieu "toutes celles et tous ceux qui ont menacé de mort" l'adolescente, "il faut aussi dire que Madame Mila a tenu des propos d'une vulgarité extrêmement forte et que tout ceci a attisé les tensions." 

Avant de préciser que s'il "souhaite la liberté d'expression la plus totale", il estime qu' "une barrière est à mettre", "quand cette liberté d'expression est détournée pour créer de la haine anti-religieuse." 

Menace de ne plus siéger en commission pour la réforme des retraites

 "Cette réforme-là est une mauvaise réforme", estime Damien Abad, car en plus de ne pas être financée, elle entraînera "une hausse des cotisations et donc une hausse des impôts." Il se refuse toutefois à ce que son parti n'entre dans une logique de blocage. 

Il demande à sa présidente "de prendre l'engagement concret et formel que la commission spéciale ira jusqu'au bout de ses travaux." Dans le cas contraire, il fait planer la menace d'un retrait des députés commissionnaires LR. "A quoi sert une commission si tout ce qu'on y fait ne sert à rien et que finalement dans l’hémicycle on revient sur le même projet de loi ?" 

Sur le même sujet

Et aussi

Lire et commenter

Alertes

Recevez les alertes infos pour les sujets qui vous intéressent