Congrès du FN : le sulfureux Steve Bannon tente de remonter le moral des militants

DirectLCI
INVITÉ SURPRISE – L’ancien conseiller de Donald Trump a pris la parole samedi lors du congrès du FN organisé à Lille. Il a notamment invité les militants frontistes à rester optimistes sur les chances de leur parti de conquérir le pouvoir.

"Les peuples se réveillent et reprennent leur destin en main." Le journaliste américain et ancien conseiller de Donald Trump, Steve Bannon, a participé à sa manière au congrès de refondation du FN, qui se tient ce week-end à Lille. Alors que le parti frontiste traverse une période de doute après l’échec de la présidentielle et que de nombreux militants restent meurtris par le débat de l’entre-deux-tours, l’invité surprise de ce samedi après-midi a tenté de leur donner confiance. 

"L'Histoire est de notre côté et va nous mener de victoire en victoire", a lancé Steve Bannon. Après avoir critiqué pêle-mêle les banques centrales, les Gafa ou encore les médias traditionnels, il s’est lancé dans une diatribe anti-élite : "Si vous me demandez si je préfère être gouverné par les cent premières personnes venues à ce congrès ou par les cent premières arrivées au sommet de Davos, je prends les 100 premières arrivées à ce congrès !"

Chaque jour, nous devenons plus fortsSteve Bannon

Aussi démagogique soit-elle, cette déclaration lui a valu une ovation appuyée de la salle. "Vous faites partie d'un mouvement mondial qui est plus grand que la France, plus grand que l'Italie, plus grand que la Hongrie, plus grand que tout ça", a-t-il également déclaré. 

En vidéo

Steve Bannon au congrès du FN : "Il n'y a plus de gauche et de droite, c'est une invention de l'establishment"

Steve Bannon a enfin exhorté les militants du FN de ne pas se soucier des qualificatifs dont ils sont parfois affublés. "Vous vous battez pour votre liberté ? Ils vous traitent de xénophobes. Vous vous battez pour votre pays ? On vous traite de racistes. Mais les temps de ces paroles dégueulasses sont finis", a prophétisé l'ancien patron de Breitbart News, avant de conclure : "Laissez-vous appeler racistes, xénophobes, portez-le comme un badge d'honneur. Chaque jour, nous devenons plus forts et eux s’affaiblissent."

Plus d'articles

Sur le même sujet

Lire et commenter