Rassemblement national : un nouveau nom bien familier pour l'extrême-droite

DirectLCI
FN - Marine Le Pen va proposer aux militants frontistes de rebaptiser leur parti "Rassemblement national". Alors que la présidente du FN souhaite franchir une étape dans la dédiabolisation du mouvement, elle a paradoxalement choisi un nom que l’extrême droite a plusieurs fois utilisé par le passé.

Ceux qui connaissent bien l’histoire politique française ont forcément tiqué quand Marine Le Pen a annoncé ce dimanche qu’elle souhaitait rebaptiser le Front national en "Rassemblement national". Car ce nom n’est pas si neuf que ça. Son père l’avait lui-même utilisé en 1986 lors des élections législatives pour nommer la coalition d’extrême-droite bâtie autour du FN. 35 députés seront d’ailleurs élus sous cette étiquette et le groupe parlementaire qu’ils formeront durant 2 ans sera également étiqueté "Rassemblement national".

Mais là encore, ce nom n’avait alors rien de novateur puisqu’il avait déjà été employé durant la Seconde guerre mondiale. En effet, le socialiste Marcel Déat, fervent partisan du maréchal Pétain, crée en 1941 un mouvement de soutien à la collaboration avec l’Allemagne nazie, baptisé "Rassemblement national populaire". Pour la petite histoire, l'un des co-fondateurs du FN, le journaliste Roland Gaucher était membre de ce parti collaborationniste.

En vidéo

"Il faudrait le réhabiliter" : Jean-Marie Le Pen défend le maréchal Pétain

Marine Le Pen a-t-elle sciemment choisi ce nom en raison de ces connotations historiques ? Quoi qu’il en soit, à l’heure où elle souhaite transformer son mouvement en parti de gouvernement et bâtir des alliances avec la droite pour conquérir le pouvoir, rebaptiser le FN de la sorte peut paraître au mieux maladroit, au pire contre-productif.

Sur le même sujet

Plus d'articles

Lire et commenter