Contrôle des chômeurs : quand Hollande et le PS fustigeaient Sarkozy

Politique
BOÎTE A ARCHIVES – Le ministre du Travail François Rebsamen propose ce mardi de "radier" les chômeurs inscrits à Pôle Emploi sans vraiment chercher du travail. Pourtant, en 2012, le PS avait vivement critiqué Nicolas Sarkozy qui proposait de durcir les conditions d'indemnisation des demandeurs d'emploi. Metronews a exhumé cette réaction des archives du parti.

"Qui peut croire que les 6,2 millions de Français qui s’inscrivent chaque année à Pôle emploi le font par plaisir ou par paresse ?" Cette petite phrase est tirée d'un virulent communiqué du PS daté du 10 février 2012. A l'époque, le président de la République Nicolas Sarkozy proposait de soumettre à un référendum une réforme durcissant les conditions d'indemnisation du chômage, s'attirant les foudres de l'opposition. En pleine campagne présidentielle, François Hollande avait notamment déclaré à Toulouse qu'"il n'est jamais utile pour un président sortant qui est en échec de s'en prendre aux plus fragiles", considérant que "ce n'est pas ceux qui sont les victimes qui doivent aujourd'hui être les responsables".

Ironie de la situation : c'est aujourd'hui le PS, par la voix du ministre du Travail François Rebsamen, qui propose de "radier" les chômeurs inscrits à Pôle emploi et qui ne cherchent pas vraiment du travail : "Il n'est pas possible, dans un pays qui est en difficulté, qui veut se redresser, qui porte le travail, d'avoir des gens qui" ne cherchent pas d'emploi", a ainsi estimé le ministre socialiste sur I>Télé mardi matin.

"La culpabilisation de ceux qui subissent ses erreurs politiques"

A l'époque, pourtant, celui qui était encore sénateur-maire de Dijon devait très certainement adhérer à la philosophie de son parti qui, en 2012, ne manquait pas de mots pour dénoncer la méthode Sakozy. "Le Président sortant feint grossièrement d’ignorer qu’il existe déjà des obligations drastiques et graduées qui pèsent sur les demandeurs d’emplois aujourd’hui, soulignait ainsi le communiqué du PS". "Au lieu d’apporter des solutions, il préfère mettre en scène la culpabilisation de ceux qui subissent ses erreurs politiques, pour mieux s’en dédouaner. Comment expliquer autrement que nombre d’entre eux sont régulièrement radiés des listes de Pôle emploi ?", peut-on lire également sur le communiqué.

Avec, enfin, cette conclusion : "Pour échapper à son bilan, Nicolas Sarkozy s’en prend aux victimes de sa politique, lui qui promettait en 2007 de ramener le chômage à 5 % alors qu’il frôle aujourd’hui les 10% (…). Quand Nicolas Sarkozy attaque les chômeurs, François Hollande, lui, veut s’attaquer au chômage".

Sur le même sujet

Et aussi

Lire et commenter