Coronavirus : 8500 respirateurs produits pour rien ? Le gouvernement se défend

Coronavirus : 8500 respirateurs produits pour rien ? Le gouvernement se défend
Politique

INADAPTÉS ? - Selon une enquête de Radio France, la majorité des 10.000 appareils produits par les entreprises françaises depuis le début de la crise pourraient être inutilisables. Le gouvernement assume sa stratégie.

L'exécutif défend "un choix de prudence et de responsabilité". Selon une enquête de Radio France ce jeudi 23 avril, une grande partie des 10.000 appareils produits en urgence par des entreprises pourraient être inutilisables pour les malades du Covid-19. Sur ce total, 8500 réalisés par Air Liquide Medical System, seul fabriquant de respirateurs artificiels dans l'Hexagone, en association avec PSA, Valeo et Schneider Electric, seraient inadaptés à un usage dans les services de réanimation. Ils seraient en effet prévus pour des utilisations ponctuelles, comme un transport en ambulance ou pour un scanner.

"Leur usage en service de réanimation, en cas d'indisponibilité de respirateurs plus lourds et en dernier recours, avait été validé par les deux sociétés savantes françaises de réanimation, la Société française d'anesthésie et de réanimation (Sfar) et la Société de réanimation de langue française (SRLF)", précisent dans un communiqué commun le ministre de la Santé Olivier Véran et la secrétaire d'État auprès du ministre de l'Économie et des Finances Agnès Pannier-Runacher.

"La meilleure solution disponible" à l'époque

Les deux ministères justifient cette commande effectuée par l'État en arguant qu'elle "a été passée à un moment où le nombre de patients admis en réanimation continuait de croître très rapidement, et où il apparaissait absolument nécessaire de sécuriser la capacité à armer un nombre de lits de réanimation beaucoup plus important." D'après le gouvernement, "il s'agissait de la meilleure solution disponible pour garantir la capacité à armer" des lits et pour "éviter de recourir aux solutions de fortune constatées dans certains pays, comme le fait de brancher deux patients à un même respirateur."

Évoquant la "prudence" et la "responsabilité" qui ont guidé cette décision, ils rappellent qu'à l'instant où la France "compte plus de 5000 malades en réanimation, l'heure n'est pas à la polémique sur les prétendus excès de moyens engagés (...) pour protéger les Français." "Pas aux polémiques vaines et malvenues", surenchérit le ministre de la Santé Olivier Véran.

Lire aussi

Toute l'info sur

Coronavirus : la pandémie qui bouleverse la planète

Des pays sont-ils aujourd'hui confrontés à une deuxième vague de l'épidémie ?La progression du Covid-19 dans le monde

Par ailleurs, le ministère et le secrétariat d'État assurent que "d'ici la fin du mois de juin, la France devrait disposer de 15.000 respirateurs de réanimation et 15.000 autres respirateurs d'urgence et de transport, soit une quantité supérieure aux besoins exprimés et anticipés." De quoi "sécuriser notre position, de renouveler et d'augmenter le stock stratégique de respirateurs d'urgence et d'envisager demain de mobiliser un certain nombre de respirateurs au profit des partenaires de la France."

Sur le même sujet

Et aussi

Lire et commenter

Alertes

Recevez les alertes infos pour les sujets qui vous intéressent