VIDÉO - Restrictions sanitaires : "E. Macron est dangereux", assène N. Dupont-Aignan

VIDÉO - Restrictions sanitaires : "E. Macron est dangereux", assène N. Dupont-Aignan

INTERVIEW - Invité de LCI, ce jeudi 15 juillet, Nicolas Dupont-Aignan, président de Debout la France et député de l'Essonne, est revenu sur l'extension du pass sanitaire. Il a notamment appelé à "le boycotter, s'il est adopté".

"Il faut bloquer cette décision." Face à la menace du variant Delta, environ 60% plus contagieux que le variant Alpha, le président Emmanuel Macron a annoncé, lundi 12 juillet, l'extension prochaine du pass sanitaire. Dès le 21 juillet, il sera en vigueur dans les "lieux de loisirs et de culture", rassemblant plus de 50 personnes, à partir de 12 ans. Début août, il sera étendu aux cafés, restaurants, centres commerciaux, ainsi qu'aux avions, trains, cars pour les longs trajets et aux établissements médicaux. "C'est la première fois en France où on va subordonner la liberté de circulation des Français à leur état de santé", a dénoncé Nicolas Dupont-Aignan, président de Debout la France, invité sur LCI, jeudi 15 juillet. "C'est du jamais-vu."

Alors l'avant-projet de loi précisant les nouvelles mesures sanitaires, actuellement soumis au Conseil d'État, doit être adopté le 19 juillet par le Conseil des ministres, puis examiné par le Parlement, le député DLF de l'Essonne a fustigé "les moyens pervers de privation de libertés" utilisés par le Président. "Ce que j'ai toujours demandé, c'est qu'on additionne les armes contre le Covid plutôt que de faire une stratégie autoritaire, contre-productive, du tout vaccinale, qui met au ban, excusez du peu, 30 millions de nos concitoyens au 1er août. 30 millions de nos concitoyens vont voir leurs libertés réduites de manière scandaleuse. (...) Le seul objectif, c'est d'obliger la vaccination contre toutes les règles européennes, contre tout le bon sens."

Toute l'info sur

Covid-19 : le défi de la vaccination

"Ce qu'a fait Emmanuel Macron lundi soir est extrêmement grave. Il est dangereux. Il faut bloquer cette décision", a appelé Nicolas Dupont-Aignan, estimant que le chef de l'État, "hors des institutions", "propose des mesures qui font honte à toute l'Europe." "Son rôle, c'est de rassembler les Français, là il les divise. Il veut faire jouer le rôle de policiers à des restaurateurs. On n'avait pas vu ça depuis une triste période. Il est en train de dresser tous les Français les uns contre les autres", a-t-il jugé.

J'espère que les Français le boycotteront totalement si, par malheur, il était adopté- Nicolas Dupont-Aignan, président de Debout la France

Mercredi 14 juillet, jour de la Fête nationale, plus de 19.000 personnes, selon les autorités, ont manifesté à Paris, Marseille ou encore Perpignan ont défilé, au nom de la "liberté" pour protester contre le pass sanitaire et la vaccination. "Je n'ai pas manifesté personnellement, mais je soutiens évidemment tous les Français qui ont pris conscience de la gravité de ce qui se passe", a déclaré le candidat à l'élection présidentielle de 2022. "Je soutiendrai jusqu'au bout tous ceux qui luttent contre ce pass sanitaire qui est une atteinte profonde à notre modèle de société et qui d'ailleurs, j'en suis convaincu, je l'espère en tout cas, sera soit rejeté par le Parlement, si les députés ont un peu de conscience, soit bloqué par le Conseil constitutionnel." 

Lire aussi

Il a affirmé "tout miser" sur les parlementaires, le Conseil constitutionnel et "le bon sens" des Français. Selon l'avant-projet de loi, les établissements ne contrôlant pas les pass sanitaires pourront être sanctionnés d'une amende allant jusqu'à 45.000 euros et d'un an de prison. "Les restaurateurs ne veulent pas jouer ce rôle, ils n'ont pas à jouer ce rôle. Je remarque, d'ailleurs, que lorsqu'on a discuté à l'Assemblée de la sortie des terroristes islamistes de prison, le Conseil constitutionnel a annulé des dispositions qui étaient moins sévères que ce que veut faire le président de la République pour 30 millions de Français", a-t-il ajouté. "Ce pass est inapplicable. J'espère que les Français le boycotteront totalement si, par malheur, il était adopté."

Sur le même sujet

Les articles les plus lus

Variant Delta : les personnes vaccinées pourraient autant le transmettre que les non-vaccinées

Ce que l'on sait de la mort de Maxime Beltra, décédé à 22 ans après une injection du vaccin Pfizer-BioNTech

Covid-19 : décès de Jacob Desvarieux, figure du groupe Kassav'

"C'est comme si la vaccination ne servait à rien" : la déception des touristes face aux restrictions en Outre-mer

VIDÉO - Turquie : les images impressionnantes des feux de forêt qui ravagent la région d’Antalya

Lire et commenter
LE SAVIEZ-VOUS ?

Logo LCI défend l'ambition d'une information gratuite, vérifiée et accessible à tous grace aux revenus de la publicité .

Pour nous aider à maintenir ce service gratuit vous pouvez "modifier votre choix" et accepter tous les cookies.