Bruno Le Maire "invite les entreprises à verser une prime de 1000 euros" aux salariés qui vont au travail

Bruno Le Maire "invite les entreprises à verser une prime de 1000 euros" aux salariés qui vont au travail
Politique

GRATIFICATION - Invité politique d'Elizabeth Martichoux ce vendredi 20 mars, le ministre de l'Économie et des Finances Bruno Le Maire appelle les entreprises à récompenser les salariés qui vont au travail". Les personnels soignants, sur le front face au coronavirus, devraient eux aussi bénéficier d'une prime défiscalisée.

"Une prime de 1000 euros totalement défiscalisée". C'est l'annonce faite par Bruno Le Maire, invité de la matinale de LCI ce vendredi 20 mars. Évoquée jeudi à l'Élysée lors d'une réunion consacrée à la pandémie de coronavirus, la gratification devrait être octroyée aux salariés qui continueraient à venir sur leur lieu de travail, compte-tenu du fait qu'ils ne peuvent pas télétravailler de chez eux, pour permettre à leur entreprise de poursuivre son activité. "Ils ont le courage de se rendre sur leur lieu de travail, le font parfois avec la peur au ventre", reconnaît le ministre de l'Économie et des Finances. "Il est totalement légitime qu'ils puissent bénéficier de cette prime de 1000 euros totalement défiscalisée et totalement désocialisée."

Cette gratification exceptionnelle, qui n'est autre que la prime Macron versée aux salariés et exonérée de toutes cotisations sociales et de tous prélèvements fiscaux en réponse à la crise des Gilets jaunes, "ne coûte(ra) rien de plus à l'entrepreneur que ce qui est versé". "J'invite toutes les Fédérations, toutes les grandes entreprises qui ont un accord d'intéressement, notamment dans les secteurs vitaux comme l'agroalimentaire ou la grande distribution, à verser cette prime de 1000 euros" bénéficiant de dispenses de charges et d'impôts, lance l'ancien député de l'Eure. "Ils ont jusqu'au 30 juin pour le faire."

Toute l'info sur

Coronavirus : la pandémie qui bouleverse la planète

Lire aussi

Valoriser le personnel hospitalier

Concernant une éventuelle prime pour le personnel soignant, en première ligne dans la bataille engagée contre le coronavirus, Bruno Le Maire juge "normal" que "les aides soignants, infirmiers, urgentistes, et personnes qui travaillent dans les salles de réanimation dans des conditions psychologiquement très dures" bénéficient de cette gratification défiscalisée. Gérald Darmanin a annoncé jeudi débloquer deux milliards d'euros pour financer la lutte sanitaire. "Ces deux milliards doivent aussi permettre de récompenser tous les personnels hospitaliers, à qui nous devons aujourd'hui la vie", plaide le patron de Bercy. 

Par ailleurs, interrogé sur un possible élargissement de cette prime aux fonctionnaires, il assure que le gouvernement est "ouvert à tout ce qui permettra de faire fonctionner les secteurs essentiels de notre économie et des services publics."  

Sur le même sujet

Et aussi

Lire et commenter

Alertes

Recevez les alertes infos pour les sujets qui vous intéressent