Coronavirus : ce que l’on sait de l’opération militaire Résilience annoncée par Emmanuel Macron

Emmanuel Macron promet un plan massif pour les hôpitaux
Politique

Toute L'info sur

Coronavirus : la pandémie qui inquiète la planète

FAIRE FACE AU CORONAVIRUS - Emmanuel Macron a annoncé ce mercredi le lancement de l'opération militaire Résilience afin de faire face à la pandémie de coronavirus qui sévit en France. Quel est le plan mis en place pour le chef de l'Etat ? Éléments de réponses.

Pour agir face à la pandémie de coronavirus, Emmanuel Macron lance une opération militaire. En déplacement à Mulhouse pour découvrir l'hôpital militaire de campagne installé en seulement quelques jours, le chef de l'Etat a annoncé ce mercredi un série de mesures lors de sa prise de parole. Un plan d'investissement pour l'hôpital afin de soutenir le secteur sanitaire durant cette crise, mais aussi le lancement de lancement de Résilience. 

Cette opération militaire vise à protéger les populations et à soutenir les services publics face à la menace du virus en métropole et sur les territoires d'Outre-mer. Pour rappel, le bilan ne cesse de grimper : en France, le coronavirus a fait plus de 1300 morts, selon le dernier bilan communiqué le 25 mars.

L'opération Résilience, c'est quoi ?

Lancée mercredi 25 mars, l'opération Résilience cherche à protéger la population face à la rapide progression de l'épidémie de coronavirus. Les forces armées interviendront sur les plans sanitaire et logistique, notamment en Outre-mer, dans le but de mettre en place une aide à la "protection" de sites sensibles. Cette opération reste bien distincte de l'opération Sentinelle contre le terrorisme enclenchée en 2015.

En vidéo

Emmanuel Macron : "Nous devons être unis pour combattre le virus"

Quel est le dispositif mis en place ?

Sur le plan logistique, l'armée pourrait par exemple être sollicitée pour transporter des masques vers une région française donnée. Pour venir en aide aux populations d'Outre-mer, deux porte-hélicoptères amphibie (PHA), le Mistral et le Dixmude, seront respectivement déployés dans le sud de l'océan Indien, vers l'île de la Réunion, et dans la zone Antilles/Guyane. La "protection", elle, pourrait par exemple concerner des sites  d'"opérateurs d'intérêt vital", ou OIV, comme les centrales nucléaires.

A Mulhouse, Emmanuel Macron a expliqué que "les armées s’engageront dans l’ensemble des secteurs où elles pourront apporter un soutien à la continuité de l’Etat" et que "ces missions seront adaptées aux contextes locaux".

Lire aussi

Insularité, éloignement, isolement, faible capacité d'accueil des malades.... Si les Outre-mer sont moins touchés pour l'instant par le coronavirus (quelque 365 cas recensés mercredi sur l'ensemble des territoires et deux décès, en Martinique et en Guadeloupe), ils s'inquiètent d'une possible catastrophe sanitaire sur leur sol. Le ministère des Armées a tenu à souligner que cette opération n'a pas vocation à aider policiers et gendarmes à faire respecter le confinement de la population pour enrayer la propagation du virus.

Sur le même sujet

Et aussi

Lire et commenter

Alertes

Recevez les alertes infos pour les sujets qui vous intéressent