Déconfinement à partir du 11 mai, écoles, masques, aides : les principales mesures annoncées par Emmanuel Macron

Déconfinement à partir du 11 mai, écoles, masques, aides : les principales mesures annoncées par Emmanuel Macron

ALLOCUTION - Emmanuel Macron a fixé un nouveau cap dans la lutte contre le Covid-19, lundi, lors d'une allocution aux Français. Le déconfinement de la population, en dehors des personnes vulnérable, est prévu à partir du 11 mai. Voici les principales mesures annoncées par le chef de l'Etat.

Un cap pour sortir de la crise sanitaire liée au coronavirus. Lundi, lors de sa quatrième allocution devant les Français, Emmanuel Macron a annoncé le prolongement jusqu'au 11 mai du confinement général de la population, mis en oeuvre en France depuis le 17 mars. Une date butoir qui laisse entrevoir le scénario du déconfinement qui sera mis en oeuvre à compter du 11 mai, dans des conditions que le chef de l'Etat a énumérées lors de son intervention. 

Lors de cette allocution de 27 minutes, Emmanuel Macron a esquissé un calendrier et annoncé une série de mesures. Voici les principales annonces à retenir. 

Toute l'info sur

Coronavirus : l'impact économique de la pandémie

Un confinement "strict" jusqu'au 11 mai

Le confinement de la population sera maintenu avec les règles actuelles jusqu'au lundi 11 mai, a annoncé le chef de l'Etat lundi soir. "Le confinement le plus strict doit encore se poursuivre", a-t-il indiqué, affirmant qu'il s'agissait du "seul moyen d'agir efficacement" pour enrayer la propagation du virus et permettre aux services de réanimation d'accueillir les patients. 

Il n'est pas pour autant question de durcir à nouveau les règles du confinement. Les règles actuelles "sont en train de montrer leur efficacité et ne doivent être ni renforcées, ni allégées, mais pleinement appliquées", a-t-il déclaré. "Il ne faut pas rajouter d'interdit dans la journée."

Les écoles ouvertes à partir du 11 mai, pas les facs

A la fin de la période de confinement, le 11 mai, "nous ouvrirons progressivement les crèches, les écoles, les collèges et les lycées", a annoncé Emmanuel Macron, invoquant une "priorité" en raison des "inégalités" générées par la fermeture des établissements scolaires. Ces ouvertures devront toutefois obéir à "des règles particulières" afin d'assurer la sécurité des enseignants et des élèves, a ajouté le chef de l'Etat, sans donner de détail sur ces mesures. Une réponse à ceux qui préconisaient de ne laisser les enfants retourner à l'école qu'à la rentrée de septembre. 

En revanche, pour les étudiants de l'enseignement supérieur, "les cours ne reprendront pas physiquement jusqu'à l'été", a tranché le président de la République. L'organisation des examens sera précisée ultérieurement par le gouvernement. 

Lire aussi

Les personnes vulnérables resteront confinées après le 11 mai

Le scénario du déconfinement au 11 mai ne concerne cependant pas les personnes vulnérables. "Nous demanderons aux personnes les plus vulnérables, aux personnes âgées en situation de handicap sévère, aux personnes atteintes de maladies chroniques, de rester, même après le 11 mai, confinées au moins dans un premier temps", a indiqué Emmanuel Macron, sans donner plus de détails sur le profil des personnes jugées "vulnérables". 

"Je sais que c'est une contrainte forte", a-t-il ajouté. "Nous allons, d'ici le 11 mai, travailler à rendre cela plus supportable pour vous. Mais il faut essayer de s'y tenir pour vous protéger."

En vidéo

REPLAY - L'intégralié de l'allocution d'Emmanuel Macron

Un masque "grand public" pour chaque Français

A compter du 11 mai, l'Etat, en lien avec les élus locaux, "devra permettre à chaque Français de se procurer un masque grand public", a indiqué Emmanuel Macron, sans donner de détail sur la définition de ces masques "grands publics". 

Ces équipements devront permettre de protéger prioritaire "les professions exposées" mais également dans certaines situations, comme dans les transports en commun, où le port d'un masque pourrait également devenir "systématique".

Des tests pour toutes les personnes exposées ou vulnérables

A partir du 11 mai, la France aura une utilisation "la plus grande possible des tests" pour détecter le Covid-19, avec une forte hausse des capacités du pays dans les semaines à venir. 

Il n'est toutefois pas question pour l'heure de dépister l'ensemble de la population, ce qui n'aurait "aucun sens", selon le chef de l'Etat. Seront dépistés prioritairement "nos aînés, nos soignants et les plus fragiles", a-t-il détaillé. Toutes les personnes présentant des symptômes seront également testées et, le cas échéant, se placeront en quarantaine. 

Les frontières extérieures resteront fermées

"Jusqu’à nouvel ordre, nos frontières avec les pays non-européens resteront fermées", a également annoncé le chef de l'Etat lors de son allocution. 

Cela signifie que les frontières extérieures de l'Union européenne seront fermées au-delà du 11 mai, ce qui ne présage pas des décisions qui pourront être prises s'agissant des frontières nationales. 

Le débat sur le "tracking" au Parlement

L'application testée, sur la base du volontariat, pour permettre un suivi des personnes ayant contracté le coronavirus, fera l'objet d'un débat au Parlement avant le 11 mai, a annoncé le chef de l'Etat. 

"Il ne faut négliger aucune piste, aucune innovation", a-t-il estimé. "Mais cette épidémie ne saurait affaiblir notre démocratie ni mordre sur quelque liberté."

Prolongation des mesures de chômage partiel et de soutien aux entreprises

Le chef de l'Etat a annoncé que les mesures de chômage partiel mises en oeuvre au début du confinement seraient prolongées durant cette nouvelle phase allant jusqu'au 11 mai. 

Il en va de même pour les mesures d'aide aux entreprises en difficulté, qui seront "prolongées et renforcées".  "J’ai demandé au gouvernement d’accroître fortement les aides", a précisé Emmanuel Macron, "et que les banques puissent décaler les échéances beaucoup plus fortement que cela n'a été fait".

Un plan sera également détaillé dans les prochains jours pour les secteurs sinistrés de l'hôtellerie, de l'événementiel et plus largement du tourisme. Des annulations de charges et des aides spécifiques seront notamment précisées.

Aide exceptionnelle pour les familles et les étudiants précaires

Le chef de l'Etat a également demandé au gouvernement de verser "sans délai" une aide exceptionnelle aux familles "les plus modestes avec des enfants afin de leur permettre de faire face à leurs besoins". 

Les étudiants "les plus précaires" bénéficieront également d'une aide dont le montant d'est pas précisé. Ces aides financières seront décidées mercredi en Conseil des ministres.

Une reprise du travail, mais pas dans les lieux recevant du public : restaurants et cafés restent fermés

Le gouvernement va lancer une concertation avec les organisations syndicales sur la reprise du travail, notamment dans l'industrie, les commerces et les services. Ces discussions devront permettre de définir "des règles afin de protéger les salariés au travail". 

En revanche, les lieux recevant du public, "restaurants, cafés, hôtels, cinémas, théâtres, salles de spectacle et musées" resteront fermés le 11 mai jusqu'à nouvel ordre". Idem pour les grands festivals et autres événements recevant du public. 

Sur le même sujet

Lire et commenter