Restrictions sanitaires : pour éviter une nouvelle bronca des maires, Castex les associe au processus de décision

Restrictions sanitaires : pour éviter une nouvelle bronca des maires, Castex les associe au processus de décision

MESURES COVID-19 - Après la vague de contestation qui a suivi les restrictions sanitaires à Marseille la semaine dernière, Jean Castex a voulu déminer le terrain avec les élus locaux. Ces derniers seront à la manœuvre en cas de nouvelles mesures locales. Jeudi soir, Olivier Véran ne devrait pas annoncer de restrictions supplémentaires.

L'exécutif veut éviter à tout prix la bronca de la semaine dernière. Après la colère des élus marseillais, très échaudés par l'annonce par Olivier Véran concernant les fermetures des bars et restaurants, Jean Castex s'est employé ces dernières heures à pacifier le terrain avec les élus locaux. Pas question, pour le chef du gouvernement, de faire des mesures sanitaires un nouveau terrain d'affrontement politique. 

Si le gouvernement assure agir dans le dialogue depuis la rentrée, le format de ces prises de décision est totalement revu. Jean Castex a multiplié les échanges avec les maires des grandes métropoles, au cœur des préoccupations des autorités sanitaires. Il était mercredi après-midi en visioconférence avec la maire de Marseille, Michèle Rubirola, en première ligne de la contestation politique. Les deux ministres Olivier Véran et Jacqueline Gourault discutaient, de leur côté, avec les associations d'élus, dont le président de l'Association des maires de France, François Baroin. 

Jeudi, Matignon poursuivait les entretiens avec les maires de Paris, Lyon, Lille, Grenoble et Toulouse, selon un format de réunion désormais retenu, autour du trio maire, préfet et directeur d'Agence régionale de santé.

Toute l'info sur

Coronavirus : la pandémie qui bouleverse la planète

Les dernières infos sur l'épidémieA quel stade en est l'épidémie, département par département ?

Lire aussi

Pas d'annonces jeudi soir

Jeudi dernier, Olivier Véran avait annoncé les nouvelles mesures restrictives durant sa conférence de presse hebdomadaire consacrée à la situation épidémiologique. De nombreux élus concernés avaient dénoncé le mode opératoire, assurant n'avoir été avertis qu'au dernier moment. "L’état ne peut pas considérer que la concertation est de passer un coup de fil une demi-heure avant", prévenait ainsi François Baroin mercredi.

Dans le nouveau cadre retenu par l'exécutif, Olivier Véran ne devrait pas annoncer de nouvelles mesures ou même d'ajustement ce jeudi, à l'occasion de sa nouvelle conférence hebdomadaire, a confirmé à LCI une source gouvernementale. Une pause justifiée par le fait qu'il faut "laisser le temps aux mesures déjà prises". Mais aussi par la nécessité de laisser place à la "concertation", maître mot de Jean Castex, quitte à laisser les élus annoncer eux-mêmes les nouvelles décisions. 

Dans le nouveau schéma retenu, préfets, maires et présidents de conseils départementaux se rencontreront de façon hebdomadaire, sur un modèle déjà employé durant la première phase de l'épidémie puis lors du déconfinement. Des réunions régulières, à heure fixe, seront également organisées entre l'exécutif et les élus locaux. L'objectif, a énoncé mercredi Olivier Véran, est de "concerter le plus largement possible pour apporter de l’information et discuter ensemble des mesures qui nous semblent les plus à même d’assurer la sécurité des Français". Les annonces qui seront faites à l'issue "donneront lieu à une nouvelle concertation pour la mise en œuvre opérationnelle de ces mesures".

Situation moins tendue

La nouvelle méthode de l'exécutif semble avoir contribué à adoucir les relations avec les maires concernés. Si le désaccord demeure sur les mesures radicales prises à Marseille, la municipalité a salué "un effort de concertation" de la part de l'exécutif. Même constat à Paris, après la réunion entre Anne Hidalgo et Jean Castex jeudi matin. Là aussi, la décision de fermer les bars après 22 heures avait suscité des tensions au sein de la municipalité. Sollicitée par LCI, la mairie de Paris a salué "un bon climat" lors de ces échanges, assurant qu'Anne Hidalgo était "prête à prendre sa part de responsabilité dans cette stratégie d'explication". 

"Nous sommes prêts à travailler avec l’Etat", assurait également le maire écologiste de Grenoble, Eric Piolle, jeudi matin sur France Info. "La semaine dernière, les enjeux n'ont pas été au niveau en termes de concertation, même si je reconnais que la situation est difficile. On espère que ce sera un échange plus constructif." 

Un climat moins conflictuel salué par Matignon, qui évoquait jeudi "des échanges constructifs, francs, d'écoute mutuelle", et confirmait que l'annonce de nouvelles mesures sanitaires n'était pas à l'ordre du jour. Mais le dialogue, prévient le gouvernement, n'empêchera pas les autorités sanitaires de prendre de nouvelles mesures radicales si la situation continuait à se détériorer dans les grandes métropoles françaises. Ce que devrait rappeler Olivier Véran, lors de sa conférence prévue jeudi soir. 

Sur le même sujet

Les articles les plus lus

Vincent éliminé de "Koh-Lanta" : "En rentrant, je me suis inscrit à une formation pour devenir coach de vie"

Féminicide à Mérignac : "Ça s'est joué à une seconde", témoigne un voisin qui a tenté de s'interposer

EN DIRECT - Covid-19 : moins de 20.000 cas en 24h, la décrue se poursuit à l'hôpital

VIDÉO - Vincent de Koh-Lanta : "J’ai déposé l’expression 'I don’t want this' !"

Laëtitia éliminée de Koh-Lanta : "Le plus surprenant, c'est que ça vienne de Lucie"

Lire et commenter

LE SAVIEZ-VOUS ?

Logo LCI défend l'ambition d'une information gratuite, vérifiée et accessible à tous grace aux revenus de la publicité .

Pour nous aider à maintenir ce service gratuit vous pouvez "modifier votre choix" et accepter tous les cookies. > En savoir plus.