Coronavirus : "Il ne faut pas reconfiner l'économie" prévient Eric Woerth

Coronavirus : "Il ne faut pas reconfiner l'économie" prévient Eric Woerth
Politique

INTERVIEW - Invité politique d'Elizabeth Martichoux ce jeudi 10 septembre 2020 sur LCI, Eric Woerth, député LR de l'Oise et président de la commission des Finances, est notamment revenu sur la situation économique liée à à la crise du Covid-19.

Face à la recrudescence des cas de coronavirus en France, le Conseil scientifique a appelé mercredi le gouvernement à prendre rapidement des mesures sanitaires supplémentaires dans les huit à dix jours maximum.

Faut-il réellement de nouvelles contraintes, y compris économiques ?  Invité ce jeudi 10 septembre d'Elizabeth Martichoux sur LCI, Eric Woerth, député LR de l'Oise et président de la commission des Finances à l'Assemblée nationale, constate qu'effectivement "l'épidémie a l'air de se développer" : "Il faut attendre le vaccin pour que le virus disparaisse complètement. Je pense qu'il faut vivre avec, c'est-à-dire accepter à un moment donné que malheureusement, quand on vit en société, certains de nos concitoyens vont tomber malades et que les hôpitaux doivent être mis sous tension."

Lire aussi

De là à envisager un "reconfinement" ? Option négligeable selon Eric Woerth : "J'entends un peu partout les responsables politiques dire qu'il n'y aura pas de confinement. On ne peut pas résister à un confinement supplémentaire, assure-t-il. Si vous reconfinez l'économie,  vous accélérez les plans sociaux, les entreprises étant déjà en limite de survie dans un certain nombre de secteurs (...) Il ne faut pas reconfiner l'économie (...) Le pays n'en a pas les moyens, c'est juste impossible, il faut l'exclure.

Selon le président de la commission des Finances, "on s'en sortira sur le plan économique". Reste à savoir "dans quel état et en combien de temps on reviendra à un niveau de production, à un niveau de richesse". 

"Il faut un plan de relance extrêmement ciblé"

Pour rappel, fin août, le ministre des Finances Bruno Le Maire avait estimé que si la France était "toujours dans un moment critique" , mais que" d'ici deux ans, en 2022, elle devrait avoir retrouvé le même niveau économique qu'avant la crise".  Sur ce retour à un niveau de croissance dès 2022, Eric Woerth répond que "ce serait une bonne chose". De là à dire que c'est possible ? "Je ne sais pas, avoue-t-il. C'est très différent de la crise d'il y a dix ans. Certains secteurs sont touchés de façon extrêmement lourde, d'autres moins qui repartent plus vite." 

Ainsi,  selon lui, "il faut un plan de relance extrêmement ciblé et il faut qu'il soit mis en œuvre très vite". Sur ce point, Eric Woerth assure qu'il le votera mais qu'"il ne doit pas être prétexte à empêcher tout autre type de réformes en France".

Par ailleurs, alors que les ministres ont dernièrement débattu d’un possible redémarrage d’une réforme des retraites revue pour tenir compte de la crise, Eric Woerth ne croit pas qu'Emmanuel Macron fera cette réforme des retraites : "Il faudrait simplifier ce texte et je ne sais pas s'il osera le transformer et ensuite le faire" note-t-il. 

Toute l'info sur

Coronavirus : l'impact économique de la pandémie

Autre sujet abordé au gré de l'entretien : l'élection présidentielle en 2022. Quel candidat pour Les Républicains ? Si la question demeure en suspens, le parti a assuré ce mardi 8 septembre qu'il présentera bien "évidemment" un candidat.  "On a beaucoup de candidats sous la main", lâche Eric Woerth, évasif. "S’il y a une sélection naturelle, c’est tant mieux. Et s’il n’y a pas de sélection naturelle, il faudra une méthode."

Sur le même sujet

Et aussi

Lire et commenter

Alertes

Recevez les alertes infos pour les sujets qui vous intéressent