Coronavirus : Emmanuel Macron veut que le vaccin soit un "bien mondial"

Coronavirus : Emmanuel Macron veut que le vaccin soit un "bien mondial"

TRAITEMENT - Alors que la France va investir 500 millions d'euros, notamment dans la recherche d'un vaccin, le président Emmanuel Macron a jugé que le futur sérum devra être partagé à l'ensemble de la population mondiale. Le vaccin n'est toutefois pas attendu "au mieux avant la fin de l'année", a-t-il estimé.

Le futur vaccin doit être un "bien mondial de l'humanité". Dans un texte publié vendredi 1er mai dans le JDD, avec cinq dirigeants européens, dont Angela Merkel, Emmanuel Macron a écrit que, si un sérum est développé contre le Covid-19, "il s'agira d'un bien public mondial unique du XXIe siècle", qu'il faudra rendre "disponible, accessible et abordable pour tous." Un message qu'il a de nouveau martelé ce lundi 4 mai après la Conférence des donateurs pour l'initiative mondiale sur les diagnostics. 

Il a assuré que le vaccin, une fois trouvé, devra être "un bien mondial de l'humanité, et pas la propriété de l'un ou l'autre". Ce qui "implique un effort public/privé et une coopération de tous". "Nous avons eu plusieurs discussions avec nos partenaires américains et je suis sur qu'(ils) s'engageront à terme dans cette même dynamique parce qu'elle est bonne pour la planète", a-t-il ajouté. "Personne ne comprendrait que nous perdions du temps, que nous dispersions l'argent, (...) que le jour où l'on a un vaccin quelque part, on ne se mette pas en situation de le produire le plus vite possible, sur toute la planète."

Toute l'info sur

Coronavirus : la pandémie qui bouleverse la planète

Les dernières infos sur l'épidémieA quel stade en est l'épidémie, département par département ?

Un vaccin "pas avant la fin d'année"

Mais, selon le président Macron, la mise au point d'un vaccin pourrait prendre des années. Il ne sera pas disponible "avant la fin d'année, peut-être fin d'année d'après", a-t-il déclaré. "Personne de sérieux ne me dit, qu'avant la fin de l'année, on aura des vaccins disponibles. Le consensus est plutôt sur la fin de l'année prochaine". "Cela pourrait durer aussi plusieurs années", a notamment estimé dimanche 3 avril le ministre allemand de la Santé Jens Spahn sur la chaîne ARD. Car des contre-temps pourraient avoir lieu, comme cela s'est déjà produit pour d'autres vaccins."

Lire aussi

Des déclarations prudentes qui vont à contre-sens de celles de Donald Trump. "Nous pensons que nous aurons un vaccin d'ici la fin de cette année", a affirmé dimanche le président des États-Unis, face caméra, lors d'une émission spéciale sur Fox News. "Les médecins vont dire : vous ne devriez pas dire cela. Je dis ce que je pense", a ajouté son homologue américain. "Nous poussons très fort (...) de nombreux groupes (pharmaceutiques) sont, je pense, très proches" de trouver un remède.

En vidéo

Vaccins contre le coronavirus : où en sont les recherches ?

A cette heure, une centaine de projets de vaccin contre le coronavirus sont actuellement à l'étude ou en cours de développement à travers le monde, dont une dizaine en phase d'essais cliniques. Pour aider la recherche, 8 milliards ont déjà été récoltés grâce à la levée de fonds organisée, sans les États-Unis, sous l'égide de l'Organisation mondiale de la Santé (OMS). Dans cette lutte, la France "engagera 500 millions d'euros supplémentaires" pour la découverte d'un vaccin et de traitements. 

Sur le même sujet

Les articles les plus lus

EN DIRECT - Bientôt une sortie du confinement ? Suivez le point presse de Gabriel Attal

Dormir six heures ou moins entre ses 50 et 70 ans renforcerait le risque de démence

L'étonnante décision de Peugeot face à la pénurie de semi-conducteurs

Derek Chauvin reconnu coupable de meurtre du meurtre de George Floyd

Vacances : les destinations les plus prisées pour cet été

Lire et commenter