"Paris n’est pas préparé" au déconfinement : Rachida Dati très critique sur la gestion d'Anne Hidalgo

"Paris n’est pas préparé" au déconfinement : Rachida Dati très critique sur la gestion d'Anne Hidalgo
Politique

INTERVIEW POLITIQUE - Rachida Dati était l’invitée d’Elizabeth Martichoux ce mercredi 22 avril. La maire du 7e arrondissement de Paris a estimé que la capitale n’avait entrepris aucune action pour préparer la sortie de crise et a vivement critiqué la maire de la capitale, Anne Hidalgo.

Rachida Dati, maire du 7e arrondissement de la capitale, était l’invitée d’Elizabeth Martichoux ce mercredi 22 avril. Reprise de l’école, masques dans les transports, nettoyage des rues… La ville n’est pas prête à sortir du confinement, a estimé l’élue LR, candidate à la mairie de Paris.

"On n'a eu aucune consigne"

Tandis que l’Association des maires de France, présidée par le Républicain François Baroin, a préconisé mardi 21 avril un retour à l’école sur la base du volontariat, Rachida Dati a quant à elle estimé qu’il était "important" que l’école reprenne, qu’il s’agissait là d’un "principe d’égalité", mais qu’il fallait des "garanties pour les familles, les agents municipaux, les enseignants, les directeurs". Une reprise de la classe qui sera donc progressive et par niveaux, mais qui implique des enjeux à la fois sanitaires et pédagogiques, selon Rachida Dati. 

Et pour l’élue LR, "Paris n’est absolument pas préparé" à un retour à l’école. "On n’a eu aucune consigne", a-t-elle expliqué au nom des maires d’arrondissements. La question des infrastructures se pose, comme ont pu le soulever les fédérations de parents d’élèves il y a une semaine : "Il faut adapter les écoles en raison de ce Covid : les poignées, les portes, les sanitaires, les salles de classe… C’est un vrai sujet", a jugé Rachida Dati. Avant de poursuivre, enfonçant le clou : "S’agissant de l’équipement des écoles, de nombreux élus locaux sont à la pointe (…), la mairie ne nous a pas donné de consigne, d’instruction."

Lire aussi

Concernant la question épineuse du port de masques, Rachida Dati a considéré que leur obligation dans les transports en commun était "une mesure de bon sens" : "Quand on voit qu’à Paris, vous avez un million de voyageurs aux heures de pointe, c’est sûr que les masques vont s’imposer". L’élue a une nouvelle fois visé la mairie actuelle, estimant n’avoir eu aucune information sur les commandes en cours : "La mairie de Paris a annoncé 500 000 masques d’ici fin avril. On a demandé à Mme Hidalgo de nous montrer les contrats de commande et où ils iraient, on n’a pas eu de réponse." 

Au-delà des masques, Anne Hidalgo a détaillé au JDD dimanche 19 avril son plan de sortie du confinement et prône également le dépistage massif des Parisiens. 

"On se débrouille tout seul"

Toute l'info sur

Coronavirus : la pandémie qui bouleverse la planète

Des pays sont-ils aujourd'hui confrontés à une deuxième vague de l'épidémie ?La progression du Covid-19 dans le monde

Rachida Dati a par ailleurs estimé que les maires d'arrondissements étaient "démunis" face à la situation : "On se débrouille tout seul sur le terrain." Distribution de masques, mise en place d’un drive-tests, dépistage des personnes âgées… L’élue a mentionné le dispositif mis en place dans son arrondissement, avant de déclarer que "la mairie de Paris ne s’est préoccupée des personnes âgées que très récemment". 

"Donnez-moi des actions de Mme Hidalgo sur la préparation du déconfinement, des actions concrètes ? La première mesure sanitaire que Mme Hidalgo aurait dû prendre, c’est de nettoyer Paris, dératiser Paris", a poursuivi Rachida Dati. L’Agence régionale de Santé, elle, a estimé que la désinfection des rues à l’eau de javel, instaurées dans de nombreuses villes de France, n’était pas efficace.

Sur le même sujet

Et aussi

Lire et commenter

Alertes

Recevez les alertes infos pour les sujets qui vous intéressent