Coronavirus : la France entre en récession, baisse historique du PIB au premier trimestre

Crise économique : le PIB français accuse une baisse historique de 5,8%
Politique

ÉCONOMIE - Après le recul de 0,1% enregistré au dernier trimestre 2019, le produit intérieur brut (PIB) a chuté de 5,8% au premier trimestre, en raison notamment du confinement décrété mi-mars par le gouvernement.

C'est du jamais vu depuis 1949. L'économie française s'est contractée de 5,8% au premier trimestre. Il s'agit de la baisse la plus forte dans l'historique des évaluations trimestrielles du produit intérieur brut (PIB), du fait notamment du confinement en place depuis la mi-mars contre le Covid-19, selon une première estimation ce jeudi 30 avril par l'Insee. Elle dépasse largement les reculs du premier trimestre de 2009 (-1,6%) ou du deuxième trimestre de 1968 (-5,3%), précise l'institut. Après le recul de 0,1% du PIB français enregistré au dernier trimestre 2019, la France est officiellement entrée en récession.

Cette chute de l'activité "est principalement liée à l'arrêt des activités 'non essentielles' dans le contexte de la mise en place du confinement à partir de la mi-mars", explique l'Institut de la statistique dans sa publication. Cette évaluation est en ligne avec celle de la Banque de France, publiée début avril, qui estimait la contraction du PIB à environ 6% au premier trimestre 2020. 

Le PIB devrait reculer de 8% cette année

Ainsi, les dépenses des ménages ont connu une baisse "inédite" de -6,1%, alors que de nombreux commerces, les restaurants ou encore les cafés, ont été fermés, selon l'institut. L'investissement des entreprises enregistre lui aussi un lourd recul de -11,8%. Globalement, la demande intérieure contribue ainsi de -6,6 points à la baisse du PIB durant le trimestre écoulé. 

En vidéo

La France en récession : que signifie cette baisse du PIB ?

Première illustration de la crise économique dès le début de la pandémie, le commerce extérieur s'affiche lui aussi en repli : -6,5% pour les exportations et -5,9% pour les importations. In fine, il contribue dont négativement (-0,2 point) à la baisse du PIB. À l'inverse, l'Institut de la statistique les variations de stocks y contribuent positivement, à hauteur de +0,9 points.

Lire aussi

Toute l'info sur

Coronavirus : l'impact économique de la pandémie

Votre employeur a-t-il le droit de baisser votre salaire à cause de la crise ?Un million de chômeurs en plus en France ? "C'est possible"... mais pas inéluctable

L'Insee ne publie pas de prévision pour l'ensemble de l'année 2020 mais elle a estimé que chaque mois de confinement amputerait la croissance française de 3 points sur un an et que la reprise "prendra du temps" après le confinement, censé être progressivement levé à partir du 11 mai. Le gouvernement table lui à ce stade sur une chute du PIB de -8% cette année.

Sur le même sujet

Et aussi

Lire et commenter

Alertes

Recevez les alertes infos pour les sujets qui vous intéressent