Des députés réclament la possibilité de briser la règle des 100 km pour visiter un nouveau-né

Nous allons devoir respecter la règle des 100 kilomètres pendant plusieurs semaines à partir de lundi. Quelles seront les contraintes de circulation ou de déplacement dans les transports en commun ? Comment cette distance sera-t-elle calculée ?
Politique

FAMILLE - Une cinquantaine de députés de la majorité demandent au Premier ministre de ne pas cantonner la notion de "motif familial impérieux" à des "raisons graves et douloureuses". Ils souhaitent que les familles puissent aller visiter un nouveau-né au-delà d'un rayon de 100 km.

A partir du lundi 11 mai, les Français pourront se déplacer librement dans un rayon de 100 km autour de leur domicile. Au-delà, ils devront se munir d'une attestation et avoir une raison valable de déplacement, comme un motif familial impérieux. Mais des députés souhaitent qu'il soit possible de dépasser le rayon de 100 km pour aller visiter un nouveau-né, ce qui aujourd'hui n'est pas inclus dans la notion de "motif familial impérieux".

Lire aussi

"De ce que nous savons pour l’instant, les motifs qui permettent d’obtenir une dérogation à la règle sont essentiellement des raisons graves et douloureuses mais en en aucun cas des raisons de grand bonheur", remarque le député Christophe Blanchet, à l'origine du courrier adressé au Premier ministre et signé par une cinquantaine de parlementaires de la majorité. "Nous permettons, par exemple, la présence des familles en nombre limité aux enterrements ; pourtant, les Français ont besoin d’oxygène et d’espoir", continue l'élu du Calvados.

"Ne privons pas les familles de ces moments magiques"

"Alors pourquoi, à partir du 11 mai, ne pas autoriser aux familles, et à elles seules, les visites, dans des conditions strictes, semblables ou équivalentes aux visites autorisées en EHPAD, en cas de naissance qui se serait produite pendant le confinement, et aller à la rencontre d'un nouveau-né au-delà de la règle des 100 km ?", continue celui qui plaide aussi pour rendre possible les activités de plaisance sur les cotes françaises.

Toute l'info sur

Coronavirus : la pandémie qui bouleverse la planète

Les dernières informationsLes pays les plus touchés par le Covid-19

"Beaucoup de grands-parents nous demandent cette possibilité dans nos circonscriptions et ils vivent très mal cette situation", "ne privons pas les familles françaises de ces moments magiques dont on se rappelle tout au long de sa vie", écrivent-ils.

Sur le même sujet

Et aussi

Lire et commenter

Alertes

Recevez les alertes infos pour les sujets qui vous intéressent