Coronavirus : Dupont-Aignan regrette "un temps de retard à l’allumage" de la part du gouvernement

Coronavirus : Dupont-Aignan regrette "un temps de retard à l’allumage" de la part du gouvernement

SANTÉ - Invité de l'interview politique d'Elizabeth Martichoux dans la matinale de LCI, Nicolas Dupont-Aignan a estimé que le gouvernement avait pris du "retard à l'allumage" pour éviter la propagation du coronavirus. Il propose notamment de mettre en place des formulaires de traçabilité aux frontières pour les personnes en provenance de zones à risque.

La France recense à ce jour 18 cas de coronavirus, et deux décès. Invité de la matinale de LCI, le président de Debout la France et député de l'Essonne Nicolas Dupont-Aignan a réagi à cette épidémie mondiale, et fait des propositions pour éviter sa propagation en France. 

Alors qu'il a souvent critiqué le gouvernement, il a assuré qu'il n'avait pas douté de la "transparence" de ce dernier. "J’ai en revanche, c’est vrai, regretté un temps de retard à l’allumage. J’ai fait des propositions, pas dans un esprit polémique mais de bons sens. Des propositions concrètes, notamment sur la commande des masques", estime celui qui pense également qu'"il faut préparer notre système de soin, qui est très fragilisé malgré les efforts des personnels, à faire face à un épidémie en France".

Toute l'info sur

Coronavirus : la pandémie qui bouleverse la planète

Lire aussi

Pour éviter la diffusion du virus, Nicolas Dupont-Aignan propose de contrôler les personnes en provenance de zones à risque aux frontières. Selon lui, le "premier objectif dans cette crise est de limiter au maximum l’arrivée de personnes venant de zones contaminées et quand elles arrivent être vigilants sur le traitement et la traçabilité. J’avais proposé dès le 30 janvier un formulaire de traçabilité. (...) Par exemple pour les gens qui arrivent de Chine, retracer leurs 14 jours précédents, savoir où ils ont été, et où ils vont aller en France. de manière à les repérer."

S’il y a une manifestation où il n’y a pas de gens de Chine ou d’Italie, on peut accepter ce risque."- Nicolas Dupont-Aignan

Selon lui, faut-il interdire toutes les manifestations, tous les rassemblements ? "S’il y a une manifestation où il n’y a pas de gens de Chine ou d’Italie, on peut accepter ce risque. Il n’y a pas une science exacte. Je demande simplement qu’entre le libre-échange total, la libre-circulation totale et la fermeture totale le cursus aille un peu plus vers le contrôle." Il explique notamment que mercredi soir, les supporters italiens qui se rendaient à Lyon pour le match de Ligue des champions entre l'OL et la Juventus Turin n'auraient pas dû y être autorisés. 

Souvent accusé de jouer au pompier pyromane, Elizabeth Martichoux a demandé à Nicolas Dupont-Aignan s'il fallait veiller au maintien de l'union nationale face au coronavirus ? "Si l’union nationale c’est ne plus avoir le droit de faire une proposition, ne plus avoir le droit de s’étonner que les ambulanciers n’aient pas de masques aujourd'hui, ne plus avoir le droit de dire il faut renforcer les moyens et pourquoi pas rouvrir des lits...", explique le député, qui propose notamment de rouvrir l'hôpital militaire du Val-de-Grâce. 

Sur le même sujet

Les articles les plus lus

REVIVEZ - "Danse avec les stars" : l'ex-Miss France Vaimalama Chaves éliminée, Bilal Hassani au sommet

EuroMillions : un Français remporte la cagnotte de 220 millions d'euros, un record en Europe

Covid-19 : quand thés dansants et parties de belote virent aux clusters en Loire-Atlantique

Femme décapitée à Agde : ex-boxeur et ancien candidat FN, le profil du suspect se dessine

Mort d'un étudiant nantais vacciné : l'autopsie renforce l'hypothèse d'un lien avec AstraZeneca

Lire et commenter
LE SAVIEZ-VOUS ?

Logo LCI défend l'ambition d'une information gratuite, vérifiée et accessible à tous grace aux revenus de la publicité .

Pour nous aider à maintenir ce service gratuit vous pouvez "modifier votre choix" et accepter tous les cookies.