Coronavirus : Riester testé positif, le directeur de cabinet de Macron confiné : quel protocole pour le chef de l'État et ses ministres ?

Coronavirus : Riester testé positif, le directeur de cabinet de Macron confiné : quel protocole pour le chef de l'État et ses ministres ?

GOUVERNEMENT - Le ministre de la Culture Franck Riester a fait savoir qu'il était confiné à son domicile après avoir été testé positif au coronavirus lundi soir. Une mesure également appliquée au directeur de cabinet d'Emmanuel Macron, Patrick Strzoda, par précaution, après avoir été en contact avec une personne contaminée. La ministre de la Justice Nicole Belloubet attendait également le résultat d'un test mardi. Une situation qui pose la question du protocole prévu pour le chef de l'État et les membres du gouvernement.

Au moins cinq députés contaminés, et maintenant un membre du gouvernement. Le ministre de la Culture Franck Riester a confirmé, lundi soir, avoir été testé positif au coronavirus après avoir ressenti des symptômes. Confiné à son domicile parisien, il indiquait mardi matin à LCI avoir "toujours un peu de fièvre et de toux". Il a laissé sa directrice de cabinet tenir à sa place une réunion prévue avec filière cinéma au sujet, précisément, du Covid-19. Candidat aux municipales à Coulommiers, il a également suspendu sa campagne de terrain. 

Franck Riester est le premier ministre français atteint par le coronavirus. Dans le monde, plusieurs responsables politiques ont déjà été touchés, en Iran, mais également en Italie, à l'instar du Parti démocrate italien Nicola Zingaretti. D'autres ont décidé de se placer en quarantaine par mesure de précaution, comme le sénateur Ted Cruz aux Etats-Unis, ou le président du Parlement européen David Sassoli.

Toute l'info sur

Coronavirus : la pandémie qui bouleverse la planète

Les dernières infos sur l'épidémieA quel stade en est l'épidémie, département par département ?

Lire aussi

L'Elysée a également confirmé à LCI, mardi matin, que le directeur de cabinet d'Emmanuel Macron, Patrick Strzoda, était confiné à son domicile "car il a été en contact avec une personne testé positive". "Par précaution vis-à-vis du chef de l'Etat, il a été mis en quarantaine et télétravaille. Sur place, son adjoint prend le relais", nous a précisé l'Elysée. Il devrait être testé "aujourd'hui ou demain". 

En outre, la garde des Sceaux Nicole Belloubet attendait les résultats d'un dépistage, mardi, après avoir ressenti "un peu de fièvre" dans la matinée et annulé un déplacement ainsi qu'un rendez-vous avez le Premier ministre, a indiqué son entourage à LCI. 

La présence de cas au sein des institutions politiques pose la question des protocoles mis en place dans l'exécutif français pour assurer la continuité du pouvoir. 

"Comme tous les Français"

De nombreuses réactions ont suivi, via les réseaux sociaux, l'annonce de la contamination du ministre de la Culture. Franck Riester a-t-il été testé prioritairement, quand l'ensemble de la population française serait privée d'accès au dépistage, comme le suggère ce compte Twitter ? 

En aucune façon, assure l'exécutif. "J'ai été testé car j'avais des symptômes. Je n'ai eu les symptômes que ce matin, je me suis fait tester ce midi", assurait lundi soir le ministre à LCI. "Je ne me suis pas fait tester par précaution."

La règle qui prévaut pour tous les Français serait donc la même au sein du pouvoir. "Comme tous les Français, si je devais développer de la fièvre ou une insuffisance respiratoire, évidemment je me ferais tester", a indiqué la porte-parole du gouvernement Sibeth Ndiaye. Si un membre du gouvernement était touché, "on prendrait les mesures pour continuer l'activité en télétravail et on se mettrait en état de réduction sociale", a-t-elle ajouté. 

Quelles règles au sommet de l'Etat ?

S'agissant du président de la République, le protocole n'est pas différent. "Il ne doit plus serrer de mains ni faire de bises", a rappelé Sibeth Ndiaye, "et il doit rester à distance lors de certaines réunions". En outre, le médecin de la présidence est désormais présent systématiquement lors des réunions de cabinet. Emmanuel Macron n'a, à ce jour, pas été dépisté pour le coronavirus, pas plus que ses ministres. 

L'agenda du chef de l'Etat et de ses collaborateurs a toutefois été profondément réaménagé. Les réunions ne se tiennent plus dans ses bureaux, les visites publiques sont suspendues à l'Elysée et les invités sont en nombre réduit. Les salles de réunion dédiées sont nettoyées systématiquement et les objets qu'il touche, surveillés avec soins. A la fin des courriels envoyés par l'Elysée, un texte demande aux personnes revenant "d'une zone à risques à l'étranger" de le signaler aux services de la présidence. 

Emmanuel Macron n'a pas pour autant annulé certaines cérémonies, rassemblant un nombre de personnes inférieur à la jauge des 1000 - critère d'interdiction des rassemblements sur le territoire -, et poursuit ses déplacements, comme ce mardi au Samu l'hôpital Necker, en tâchant de rester à distance des autres personnes. La configuration de la cérémonie d’hommage aux victimes du terrorisme, prévue mercredi, a toutefois été revue. "Le nombre de ministres attendus a été baissé et tous les autres ont instruction de ne pas venir", a indiqué un membre du gouvernement à LCI.

En cas de contamination, le président de la République pourrait poursuivre ses activités, confiné à l'Elysée et en télétravail. En cas d'incapacité à assurer la continuité du pouvoir, ce dernier serait confié au président du Sénat, Gérard Larcher, en vertu de l'article 7 de la Constitution. Si le président du Sénat était à son tour dans l'incapacité d'exercer ces fonctions, le pouvoir serait transféré au gouvernement pour la période concernée. 

Sur le même sujet

Les articles les plus lus

EN DIRECT - Covid-19 : "Pas d'évolution des restrictions nationales cette semaine", annonce Gabriel Attal

EN DIRECT - Trump quitte la Maison Blanche, Biden salue "un jour nouveau pour l'Amérique"

En plein couvre-feu, il tombe en panne et se fait arrêter par la BAC

La vitamine D protège-t-elle des formes graves du Covid-19 ?

Non-respect du couvre-feu : les dénonciateurs rémunérés ? Des internautes tombent dans le piège

Lire et commenter