Covid-19 : une députée elle-même touchée veut une loi pour protéger les malades qui rechutent

Laurence Trastour-Isnart est députée des Alpes-Maritimes depuis 2017

PROTECTION - Elle-même victime de quatre rechutes du Covid-19 en trois mois, la député LR des Alpes Maritimes, Laurence Trastour-Isnart, souhaite qu'une loi protège les Français victimes récurrentes de la maladie.

Le coronavirus, un mal récurent pour certains patients. C'est la douloureuse expérience que vit la députée des Alpes-Maritimes Laurence Trastour-Isnart depuis environ trois mois. Invitée à s'exprimer sur l'antenne de France bleu Azur, l'élue LR explique qu'elle n'est toujours pas guérie du Covid alors que les premiers symptômes sont apparus il y a 80 jours. 

"J'ai des périodes de répit où je n'ai rien. Puis j'ai à nouveau des périodes où je suis avec des nausées et des maux de tête très violents." Elle a été testée positive la première fois le 24 mars. "J'ai fait de nombreux examens médicaux et je n'ai rien", en dehors du coronavirus. Certains tests sont parfois négatifs mais elle présente toujours les symptômes. "Nous sommes nombreux dans ce cas, 5% des malades", estime la députée.

Toute l'info sur

Les défis du déconfinement

Transports, rassemblements... : quelles sont les mesures de restriction toujours en vigueur ?Retour à l'école obligatoire : en quoi consiste le "protocole sanitaire assoupli" ?

Remboursement de tous les médicaments prescrits

Laurence Trastour-Isnart demandera le remboursement l'intégralité des traitements prescrits par les médecins pour les patients en situation de rechute. Elle explique notamment à France 3 qu'elle a dû "payer 75 euros de médicaments non remboursés la semaine dernière". Une somme conséquente pour bon nombre de ses concitoyens. 

Lire aussi

La député LR souhaite également une reconnaissance de ces symptômes qui perdurent et un accompagnement médical et psychologique ; ainsi que des aménagements du temps de travail avec la possibilité de prendre un mi-temps thérapeutique, d'effectuer une reprise progressive ou dans les cas les plus compliqués et de bénéficier d'un arrêt maladie longue durée si besoin. Une proposition qu'elle souhaite déposer en début de semaine prochaine.

Une situation toujours inexpliquée

Laurence Trastour-Isnart n'est pas la seule dans cette douloureuse situation. L'élue a recueilli de nombreux témoignages de personnes ne trouvant dans la même situation, notamment via les réseaux sociaux.

Parmi les histoires recueillies, on peut citer le cas de Vanessa, une habitante du Maine-et-Loire qui éprouve toujours les mêmes complications alors a contracté le coronavirus début mars. Selon son témoignage paru dans Ouest France, Vanessa ressent une grande fatigue, des difficultés respiratoires et des douleurs articulaires.

Des situations qui se répètent et devant lesquelles le corps médical ne trouve toujours pas d'explication. Si la piste des conséquences du stress post-traumatique est parfois évoquée, bon nombre de patients ne semble pas entrer dans cette catégorie et demandent une prise en charge à la hauteur de leur souffrance. 

Sur le même sujet

Les articles les plus lus

Face au risque d'un confinement national, "il y a encore de l'espoir", estime Jérôme Salomon

EN DIRECT - Covid-19 : 23.996 cas ces dernières 24 heures, en hausse de 7% sur une semaine

Covid-19 : Jean Castex appelle à renforcer les contrôles dans les 20 départements sous surveillance

"C’est les mêmes gars" : avec Tom Ross, Florent Pagny a trouvé son double dans "The Voice"

PHOTO - La Nasa publie une vue panoramique de Mars prise par Perseverance

Lire et commenter