En allemand, Olivier Véran va appeler nos voisins à ne pas fermer unilatéralement la frontière

En allemand, Olivier Véran va appeler nos voisins à ne pas fermer unilatéralement la frontière

AUX GRANDS MAUX... - Face à la progression du variant britannique du Covid-19 en Moselle, l’Allemagne pourrait opter pour une fermeture unilatérale de la frontière. Le ministre de la Santé va publier un communiqué bilingue pour l'en dissuader.

À contexte inédit, initiative inédite. Face à une situation épidémiologique tendue dans le Grand-Est, et plus particulièrement en Moselle, où progressent rapidement les différents variants, les autorités françaises semblent vouloir tout mettre en œuvre pour échapper à une fermeture brutale des frontières avec l'Allemagne. Quitte à prendre la plume en allemand s'il le faut. 

Toute l'info sur

Coronavirus : la pandémie qui bouleverse la planète

Les dernières infos sur l'épidémieA quel stade en est l'épidémie, département par département ?

Le ministre de la Santé, Olivier Véran, et le secrétaire d'État aux Affaires européennes, Clément Beaune, s'apprêtent en effet à publier un communiqué bilingue, rapporte le Parisien ce jeudi. Objectif ? Éviter de se voir appliquer dans la région la même règle que la République tchèque et le Tyrol autrichien, susceptible de prendre par surprise les habitants et particulièrement les quelque 50.000 travailleurs frontaliers qui vont chaque jour travailler outre-Rhin. 

Eviter le désordre d'avril 2020

Pour ne pas revivre la cacophonie qui avait eu lieu en avril 2020, aux fermetures décrétées sans préavis par Berlin, le texte en question sera d'ailleurs adressé aux populations des deux côtés de la frontière, avec un descriptif précis de la situation épidémique dans la région, précise Le Parisien.

"Cette fois, si une telle mesure devait intervenir, cela se ferait en bonne coordination", explique au quotidien l’entourage de Clément Beaune, alors que le ministre a multiplié les échanges avec les autorités fédérales, avec le ministre président du Land de Sarre et les responsables du Palatinat et de Bade-Wurtemberg, ainsi qu'avec le président de la région Grand-Est, Jean Rottner. "C’est l’énorme progrès par rapport à l’an dernier, désormais les gens se parlent, de Paris à Berlin, de Moselle à la Sarre, partout", abonde le député LREM de Forbach, Christophe Arend.  

Lire aussi

Qu'est-ce qui pourrait concrétiser la menace d'une fermeture des frontières côté allemand ? Le classement de l'Institut de veille épidémiologique Robert-Koch, qui classe les régions d'Allemagne et des pays voisins en niveaux d'alerte de 1 à 3, selon que le virus y circule fortement (stade 1), très fortement (stade 2) ou qu'il s'agisse de virus mutants (stade 3). Or, "depuis trois semaines on s'attend à ce que la Moselle passe du niveau 1 actuel aux niveaux supérieurs, et que l'on s'organise en conséquence en prévoyant avec les autorités sarroises des mesures de sauvegarde", précise au Parisien Christophe Arend, député (LREM) de Forbach et coprésident du bureau de l'Assemblée parlementaire franco-allemande.

Si la Moselle venait à basculer à ce niveau d’alerte dans les prochains jours, Angela Merkel pourrait effectivement arbitrer en ce sens.

Sur le même sujet

Les articles les plus lus

Covid-19 : pourquoi le nombre de jeunes en réanimation continue d'augmenter ?

La mort d'Olivier Dassault complique un peu plus la succession à la tête de l'entreprise familiale

EN DIRECT - Vaccin Johnson & Johnson : la HAS espère donner un avis "à la fin de la semaine"

Patrick J. Adams, le mari de Meghan dans "Suits", dénonce l'attitude "obscène" de Buckingham

Assassinat de Samuel Paty : "J'ai menti", avoue l’adolescente à l’origine de la polémique

Lire et commenter