Corruption : l'association Transparency France dresse un bilan positif du quinquennat Hollande

Politique
BONNE NOTE - L'association de lutte contre la corruption et pour la transparence de la vie publique Transparency France salue les avancées réalisées dans ces domaines lors du quinquennat de François Hollande.

Enfin un bon point pour François Hollande. L'association Transparency France publie lundi 19 décembre un bilan positif du quinquennat Hollande concernant notamment "la prévention des conflits d’intérêts, la lutte contre la délinquance économique et la protection des lanceurs d’alerte". 

Au lendemain du choc de "l'affaire Cahuzac",  ex-ministre du budget condamné pour fraude fiscale, le gouvernement lance un vaste plan de moralisation et de transparence de la vie publique. A la manoeuvre, le Parquet national financier et la Haute autorité pour la transparence de la vie publique créés tout spécialement. La publication par les décideurs publics d'une déclaration d'intérêts et des patrimoines, en début et fin de mandat, est l'une des mesures phares de ce plan. Une avancée, avec la fin du cumul des mandats, saluée par Transparency France. 

La France rattrape son retard en terme de lutte contre la grande corruption

"La lutte contre la fraude fiscale produit également ses premiers résultats", constate l'ONG. "Le montant des redressements fiscaux et des sanctions a atteint en 2015 plus de 21 milliards d’euros provenant des particuliers et des entreprises et 45.000 comptes détenus irrégulièrement à l'étranger régularisés". Grâce à la loi Sapin II, la France devrait ainsi rattrapée son retard "en matière de lutte contre la grande corruption". 

Le rapport distribue un autre bon point concernant, cette fois, la protection des lanceurs d'alerte, dispositif également contenu dans la loi Sapin II.  "L’adoption d'un dispositif complet et solide de protection des lanceurs d'alerte, contribue à hisser la France au niveau des meilleurs standards internationaux en la matière", souligne Transparency France.

11 recommandations pour les candidats à la présidentielle

 Selon l'association toutefois, ces "avancées" ne suffiront pas "à répondre à l'ensemble des enjeux de la lutte contre la corruption". Des "réformes ambitieuses" doivent notamment être menées pour mieux encadrer le lobbying et le financement de la vie politique, souligne-t-elle. 


Transparency France interpelle les candidats à la présidentielle et leur demande de s'engager contre la corruption. Intégrité des responsables publics, renouvellement de la classe politique, encadrement du lobbying... en tout ce sont 11 recommandations qui sont formulées à l'adresse des prétendants à la présidence de la République. 

En vidéo

Affaire Cahuzac : ce qui a changé dans la lutte contre la fraude fiscale

Tout savoir sur

Tout savoir sur

Jérôme Cahuzac condamné

Sur le même sujet

Plus d'articles

Lire et commenter