Cotisations familiales, régions... Hollande a-t-il plagié Sarkozy ?

Cotisations familiales, régions... Hollande a-t-il plagié Sarkozy ?

DirectLCI
PLAGIAT – Lors de sa conférence de presse, le Président a assumé sa ligne "social-démocrate". Il n'a pas non plus hésité à reprendre de nombreuses propositions de... Nicolas Sarkozy.

Avant sa conférence de presse , François Hollande n'avait jamais assumé une telle proximité politique avec... Nicolas Sarkozy. Suppressions des cotisations familiales pour les entreprises, lutte contre les abus de la sécurité sociale, réforme de la décentralisation... Ces propositions ne sont pas nouvelles, mais leur récupération par François Hollande a quelque chose d'inédit.

> En 2012, Nicolas Sarkozy veut supprimer les cotisations familiales

La fin des cotisations familiales est "la condition pour que les entreprises retrouvent de la marge", a déclaré François Hollande, annonçant une baisse de ces charges payées par les employeurs à hauteur de 30 milliards d'euros d'ici 2017. Les patrons ont dû être agréablement surpris d'entendre cette proposition dans la bouche d'un socialiste.

Car ce grand pas fait en direction des entreprises est une idée proposée par Nicolas Sarkozy. Dès 2009, Il avait chargé le député UMP Yves Bur, pour qu'il mène une réflexion "sans tabou". "La décision que le gouvernement proposera au parlement sera d'exonérer la cotisation totale ou partielle des cotisations familiales ou patronales sur les salaires", avait même déclaré le 29 janvier 2012 l'ancien Président, alors candidat aux élections présidentielles.

> En 2009, Edouard Balladur propose à Nicolas Sarkozy de réduire le nombre de régions

Le nombre des régions "peut évoluer", a déclaré pour la première fois le chef de l'État lors de sa conférence de presse. Ce mercredi, cette vague suggestion a été précisée sur RMC par le député PS et co-dirigeant du conseil de la simplification, Thierry Mandon. "Dans l'idée, c'est une quinzaine [de régions]" que pourrait compter la France dans le futur, a déclaré le porte-parole des députés socialistes. "C'est sept de moins, cela fait quand même 30 % de régions en moins". 

Et là encore, cette idée est l'exacte proposition d'Edouard Balladur . En 2009, l'ancien Premier ministre avait été chargé par Nicolas Sarkozy de repenser les questions territoriales. Il avait prôné la diminution du nombre de régions métropolitaines de 22... à 15.

> La lutte contre la fraude aux prestations sociales, ce leitmotiv de droite

Concernant la Sécurité sociale, "au cœur de notre pacte républicain et que j'entends préserver parce que c'est le bien commun de ceux qui n'ont pas d'autres biens (...) nous devons lutter contre les fraudes et les abus. Il y en a toujours", a déclaré François Hollande. Ce message a été répété plusieurs fois par le Président ou la majorité.

Pourtant, la fraude à la sécurité sociale est un leitmotiv de la droite . De nombreux plans ont été lancés, comme en 2011 avec une offensive "anti-fraude" lancée par Xavier Bertrand. En 2012, c'est la droite populaire qui en faisait son cheval de bataille, tout comme Nicolas Sarkozy qui ne cessera de cibler les fraudeurs dans ses discours.

> Convergence économique avec l'Allemagne, un désir partagé

Pour bien affirmer sa position "social-démocrate", François Hollande n'a pas oublié l'importance de l'Allemagne. Il a ainsi proposé une "initiative pour une convergence économique et sociale" en posant comme principe, que les deux pays "se coordonnent en amont sur tous les grands projets". La France "doit harmoniser les règles fiscales, notamment pour les entreprises, entre la France et l'Allemagne".

Ce désir d'harmonie, Nicolas Sarkozy l'avait aussi . "Je ferai tout et plus rapidement qu'on ne l'imagine pour rapprocher nos fiscalités", avait ainsi martelé l'ex-Président au Mondial de l'Auto en 2010. "Ils sont nos premiers partenaires, ils sont nos voisins. Je ferai tout et plus rapidement qu'on ne l'imagine pour rapprocher nos fiscalités", avait-il ajouté.

> François Hollande veut faire mieux que Sarkozy et baisser les dépenses publiques

Enfin, en plus de légitimer franchement une "politique de l'offre", François Hollande souhaite s'attaquer à la réduction des dépenses publiques. "De 2015 à 2017, il faudra économiser 50 milliards de plus [en plus des 15 milliards d’euros d’économies en 2014, ndlr], a-t-il annoncé. Une proposition qui rappelle les multiples promesses de Nicolas Sarkozy de diminution des dépenses de l'Etat. "D'abord, il ne l'a pas fait : c'est une vraie distinction", s'est défendu François Hollande, cherchant à convaincre les journalistes, que non, il n'est pas sarkozyste.
 

Sur le même sujet

Plus d'articles

Lire et commenter