Coup de théâtre (et de buzz?), le plus jeune maire de France est élu à Florange : il a 22 ans et est encore étudiant

Coup de théâtre (et de buzz?), le plus jeune maire de France est élu à Florange : il a 22 ans et est encore étudiant

LA JEUNESSE AU POUVOIR - Jeudi soir, lors du conseil municipal extraordinaire qui s'est tenu à Florange, Rémi Dick a été élu maire de la ville. A 22 ans, cet étudiant à Sciences Po Paris devient ainsi le plus jeune édile de France. Une "surprise" totale dans cette localité industrielle, rendue célèbre par la lutte des ses ouvriers contre Arcelor Mittal.

Il la mèche propre et droite, la lunette sérieuse, le sourire pleine-dents, la tête du parfait étudiant en sciences politiques. Et c’est d’ailleurs ce qu’il est : Rémi Dick, 22 ans, est inscrit à Sciences Po Paris. Mais depuis jeudi soir, il est aussi le plus jeune maire de France. Il a été élu lors d’un conseil municipal extraordinaire à Florange, en Moselle. Ville devenue emblématique de la délocalisation industrielle, avec le conflit des ouvriers d’Arcelor Mittal, mobilisés contre la fermeture des hauts-fourneaux en 2012. 

La soirée de jeudi soir à Florange a, en tout cas, été inattendue. "C’est une vraie  surprise. Un petit coup de théâtre", raconte, au téléphone, un membre de la mairie à LCI. Il était bien prévu, en fait, que l’équipe municipale se réunisse, au cours d’un conseil municipal  extraordinaire : l’actuel maire, Michel Decker, a en effet démissionné le 27 octobre dernier. Dans son discours, le maire divers droite avait laissé apparaître d’importantes dissensions avec certains membres de son équipe. "La situation devient difficile, pour ne pas dire impossible", avait-il dit. "Des dissensions sont apparus au grand jour". Le maire démissionnaire semblait las, évoquant "ces grands discours qui n’apportent jamais rien, si ce n’est faire le buzz", "les polémiques et la politique politicienne". Avec lui, quelques adjoints et conseillers étaient aussi partis. Offrant déjà là, à Florange, un joli coup de théâtre.

C'est avant tout un coup médiatique. On verra à l'usage- Philippe Tarillon, chef de file de l'opposition

Jeudi soir, l’équipe se réunissait donc pour élire son nouveau maire. La soirée paraissait balisée : depuis quelques jours, une seule candidature émergeait, relayée par les médias locaux : celle d’Alain Heyer, actuel adjoint aux Finances et opposant historique au PS.  Sauf que le soir même, devant les élus et l’opposition, le favori a décliné, et annoncé son soutien à… Rémi Dick, 22 ans. Soutien inattendu, car le jeune homme, même s’il était déjà conseiller municipal, n’était plus vraiment présent à Florange depuis 2014. Depuis, il avait été retenu à Paris pour ses études puis pour son stage, qu’il effectuait à l’hôtel de Ville d’Asnières depuis septembre, après avoir passé l'été au ministère de l'Intérieur, là aussi comme stagiaire.

"Ca a vraiment été la surprise pour tout le monde, c’est un joli coup de communication", avoue au téléphone le service de communication de la Ville. "On ne le connaît pas vraiment jusqu’à présent." Quoi qu’il en soit, et c’était peut-être voulu, l’affaire a fait un beau buzz, reprise par les agences de presse et l’ensemble des médias nationaux. C’est d’ailleurs ce que dénonce à l'AFP le chef de file de l’opposition, Philippe Tarillon : "C’est avant tout un coup médiatique, mais on verra à l’usage… Sans lui faire injure, il y a un manque évident d’expérience, mais on critique surtout le fait que les Florangeois n'aient pas eu la parole".

Entouré des anciens conseillers

Côté expérience, Rémi Dick n’est pas tout à fait novice, mais presque. Il a été membre de l’UMP de ses 15 à ses 17 ans, et milite depuis ces derniers mois en faveur de François Fillon. A Sciences Po, il est également en master 2 de politiques publiques. "C’est vrai que ça fait un peu drôle", raconte à LCI un Florangeois, âgé de 28 ans. "Je me pensais jeune, mais je me suis pris un coup de vieux ! Ca pourrait être mon petit frère. Ca va être intéressant de voir comment ça va se passer."

Si le tout jeune maire a déjà l’air de manier habilement le langage politique – il indique vouloir travailler sur "la concertation, encourager le dialogue et essayer de mettre fin aux moments de crise" -, il est en tout cas entouré de gens, bien plus âgés, et qui ont bien plus d’expérience. Sur les neufs adjoints dont il s’est entouré, six étaient déjà là avant. Autant dire qu’il sera… bien conseillé.  "Mais c’est pas si mal d’avoir de la jeunesse. Il faut tenter, pourquoi pas ? On se plaint toujours d’avoir les mêmes têtes à droite à gauche…", détaille notre Florangeois. "Là au moins, c’est assez inédit." Inédit ou pas, le tout jeune maire a déjà bien pris son rôle : il était déjà, ce vendredi soir, sur le terrain, pour une inauguration. Il a même déjà rajouté sa nouvelle fonction sur son profil LinkedIn. Bref, il est en tout cas réactif !

Lire aussi

    En vidéo

    VIDEO. Florange : François Hollande a-t-il tenu ses promesses ?

    Sur le même sujet

    Les articles les plus lus

    EN DIRECT - Covid-19 : plus de 61.000 nouveaux cas en 24 heures, "record" de cette 5e vague

    EN DIRECT - Immeuble effondré à Sanary : une troisième personne décédée

    Covid-19 : passeport vaccinal, télétravail... Le Royaume-Uni serre la vis

    Covid-19 : peut-on recevoir une dose de Moderna après une vaccination Pfizer (et inversement) ?

    Faut-il se refaire intégralement vacciner si on est en retard pour sa 3e dose ? Le 20H vous répond

    Lire et commenter
    LE SAVIEZ-VOUS ?

    Logo LCI défend l'ambition d'une information gratuite, vérifiée et accessible à tous grace aux revenus de la publicité .

    Pour nous aider à maintenir ce service gratuit vous pouvez "modifier votre choix" et accepter tous les cookies.